Mis à jour : jeudi 17 juin 2021

Souvenirs goutte à goutte : Art et technique

Character design et animation

Le plus grand soin a été apporté à la physionomie des personnages, les traits des visages sont très réalistes. Ce n'est pas vraiment le cas pour les scènes se passant en 1966. On peut supposer que Isao Takahata souhaitait qu'elles soit perçues comme des souvenirs de Taeko, donc un peu idéalisées et réalisées comme un animé classique, avec des personnages aux traits et aux couleurs de cheveux assez européens.
En revanche, pour les personnages de 1982, cette stylisation disparaît et les expressions se calquent sur les intonations du doublage. On remarquera en particulier le sourire de Taeko qui fait ressortir ses pommettes, mais qui peut aussi la faire vieillir brutalement.

Personnages stylisés des scènes de 1966.

Personnages réalistes des scènes de 1982.

Le character design et les settei (planches de modèles) sont l'œuvre de Yoshifumi Kondô qui a imprimé pour chaque personnage sa patte très particulière et reconnaissable. À l'inverse des scènes se passant en 1966, les personnages ressemblent vraiment à des japonais, Takahata s'étant attaché à prendre les comédiens comme modèles.

Planches d’expressions des visages de Taeko et Toshio, faisant ressortir les muscles du visage, les pommettes et les rides, avec leur comédien de doublage et référence respectifs.

Pour Souvenirs goutte à goutte, les animateurs eurent à faire face à une difficulté qu'ils n'avaient jamais rencontrée jusqu'alors, à savoir une décomposition des mouvements des lèvres, lors des dialogues des scènes se passant en 1982. Le haut niveau de détail exigé par Takahata a permis de se rapprocher le plus possible du jeu de vrais acteurs. Un personnage se contentant de bouger les lèvres sans articuler les syllabes aurait atténué l'authenticité de ses paroles, ce qui aurait empêché d'identifier ce personnage comme réel. Après beaucoup de travail, le résultat obtenu par les animateurs est convaincant, sans être toujours parfait (quelques problèmes de synchronisation avec le doublage).

Les décors

Souvenirs goutte à goutte contient des décors magnifiques parmi les plus beaux réalisés par le studio Ghibli. Ils ont été réalisés sous la houlette de Kazuo Oga, directeur artistique sur le film. Là encore il s'agissait d'alterner une représentation réaliste pour les scènes du « présent » et un crayonné plus pastel pour celles du « passé ».

Différences de tons entre les deux styles de décors du film

Ce genre de décor, imitant une aquarelle, est plus compliqué à faire qu'il n'y parait car il ne doit être ni trop vide, ni trop fini pour bien le différencier d'un décor normal. Les couleurs utilisées sont très claires avec une grande subtilité de tons, afin de mettre en avant les personnages et les situations. En effet le souvenir laisse plus de place aux personnes et aux évènements qu'au décor qui reste ici, plus que d'habitude, un élément secondaire. Les arrière-plans pour les scènes de 1966 apparaissent donc plus lumineux et plus dépouillés, mettant en valeur certains détails, gommant beaucoup d'autres, idéalisant le cadre général comme le ferait la mémoire d'une personne. Tous ces éléments augmentaient évidement la difficulté de la composition et des équilibres traits-couleurs-vides. Mais là, à la différence des problèmes de synchronisation des voix, le résultat obtenu est irréprochable et de toute beauté.

Le spectateur remarque également les magnifiques représentations de la campagne japonaise. S'inspirant des véritables paysages de la région rurale de Yamagata, Kazuo Oga a fait de chacun de ses décors une véritable œuvre d'art, magnifiant la réalité tout en donnant une impression de réalisme quasi-photographique.

La « sensation de réalité » chez Isao Takahata

« La sensation de réalité » est encore plus forte que la réalité elle-même. Elle est la quintessence du réalisme chez Isao Takahata.

« Les images des films de fiction ou des documentaires sont presque identiques à la réalité grâce à la technologie », observe Takahata. « Quand le spectateur les regardent, ils ne font pas attention aux détails. Quand il s'agit d'un film d'animation, il observe plus. On dessine en s'inspirant de la réalité et les détails ressortent plus. Ils se distinguent nettement. Les spectateurs découvrent des détails qu'ils ne connaissaient pas. Les films d'animation permettent ce genre d'expérience. »

Dans le film, cette quintessence du réalisme ressort avec éclat notamment dans les scènes de récolte des fleurs de benibana.

Pour ces scènes, l’animatrice Makiko Futaki passera plus d'un an à ne dessiner presque que des fleurs.

Le doublage

Un très grand soin a également été apporté au doublage, avec des comédiens plutôt que des doubleurs. La manière dont le doublage pour les personnages en 1982 a été réalisé est assez original : les comédiens étaient assis autour d'une table et jouaient littéralement les scènes qu'ils doublaient. Il existait une réelle connivence entre Miki Imai (Taeko) et Toshirô Yanagiba (Toshio) dans leurs scènes de dialogue, connivence qui se retrouve dans l'intonation de leur voix et donc crédibilise leurs scènes en commun.

Ces enregistrements ont été réalisés avant le travail d’animation afin d’être utilisés en référence par les animateurs, contrairement aux scènes de 1966 enregistrées ensuite.

La musique

La bande originale de Souvenirs goutte à goutte surprend par sa grande diversité. S'y côtoient des thèmes doux et nostalgiques au piano, composés par Katsu Hoshi, des chansons japonaises anciennes, ou encore des thèmes folkloriques hongrois et italiens. 28 musiciens participent à l'enregistrement de la musique du film.

Katsu Hoshi et Isao Takahata lors de l’enregistrement de la musique du film.

Le groupe hongrois dont on entend plusieurs morceaux est explicitement mentionné dans le film. Il s'agit de Muzsikás, groupe folklore de Transylvanie, haut lieu de métissage culturel eurasien.

La chanson du bouleversant générique de fin, magnifiquement interprétée, est une reprise de la chanson du film américain The Rose (1979). Les paroles ont été réécrites en japonais par Isao Takahata lui-même.

Harumi Miyako enregistre la chanson du générique de fin.