Mis à jour : mardi 16 mars 2021

Auto-références et clins d'œil
dans les films du studio Ghibli

Peut-être ne l'avez-vous pas remarqué, mais il existe dans certains films du studio Ghibli des références à d'autres films ou au studio lui-même. Elles sont très brèves, car souvent incluses dans des scènes d'action ou décentrées par rapport à l'action elle-même. Plus rarement, elles peuvent parfois aussi être plus visibles.

Le château dans le ciel

Ceux qui ont vu Le château dans le ciel ont certainement esquissé un sourire devant l'apparition des renards-écureils du film. Ceux-ci apparaissent dans les jardins de Laputa, aux cotés d'un robot-guerrier reconverti en robot-jardinier. Bien sûr, en voyant ces petits animaux, on pense immédiatement à Nausicaä de la Vallée du Vent. En effet, un renard-écureil appelé Teto apparaît au tout début du film et ne quittera plus la jeune héroïne.

Le deuxième clin d'oeil est moins évident, mais il y a dans Le château dans le ciel le dessin d'un personnage qui ressemble étrangement au prophète en robe bleu de Nausicaä. Lorsque Sheeta découvre la photo de Laputa dans la maison de Pazu, ce dernier lui tend un livre, elle le feuillette et on peut voir le personnage ci-dessous :

Une séquence du Château dans le ciel fait également référence à la magnifique scène de Nausicaä enfant : Sheeta enfant marche également dans un champ doré.

Un autre clin d'œil très difficile à voir (sauf pour Hannah, qu'on remercie au passage !), la bouteille dont se saisit Sheeta pour assommer Muska au début du film a une étiquette. Ce qui est écrit dessus est le début du nom du réalisateur : Miyazaki.

Le Minonohashi

Le Minonohashi est peut-être la créature qui apparaît le plus dans l'œuvre de Hayao Miyazaki, tous médias confondus. Sa première apparition date de 1983 dans le manga Le voyage de Shuna. En 1986, il fait ses débuts au cinéma dans Le château dans le ciel. En 1993, on le retrouve ensuite dans le tome 7 du manga Nausicaä de la Vallée du Vent avant de réapparaitre (très) furtivement en 1997 dans Princesse Mononoke.

Kiki, la petite sorcière

La première référence au studio Ghibli dans Kiki, la petite sorcière est plutôt évidente : Il s'agit de la scène où Kiki, en volant pour la première fois au dessus de la ville qu'elle a choisie pour s'installer, évite de justesse un bus qui passe sous un pont. Nous pouvons apercevoir sur l'enseigne du bus : « STUDIO GHIBLI ».

Deux autres clins d'œil, plus discret, sont décelables dans la chambre de Kiki : une peluche Totoro sur le lit de Kiki et une représentation du Chibi-Totoro et de Mei (?) sur la maison-jouet placée sur l'étagère. Merci à Tetho et Loïc pour leur fine observation ! Cette seconde image complète avec du jouet avec les personnages n’est visible que dans l’Art Of japonais du film. Dans ce dernier, elle est recadrée.

Une dernière signature, très discrète, peut être aperçue lorsque Kiki sort de la boulangerie et traverse vite pour ne pas se faire écraser. Passe au plan suivant, derrière elle, un camion où les initiales « H. M. » (comme Hayao Miyazaki) sont identifiables. Entre les deux lettres, une tête de cochon, animal sous lequel le réalisateur aime se représenter. Merci Aodren pour avoir déniché ce clin d'œil !

Porco Rosso

Il s'agit peut-être du clin d'œil le plus connu du la filmographie du studio Ghibli. Il est, en effet, parfaitement visible dans le film Porco Rosso. Nous parlons bien sûr de l'inscription « GHIBLI » sur le nouveau moteur Fiat Folgore A.S.2 du Savoia S.21 de Porco Rosso. Sur le vrai moteur, c'est la marque Fiat qui est inscrite sur la tête du cylindre. Il faut aussi savoir que Ghibli est également le nom d'un célèbre motoriste, ce qui rend le clin d'œil d'autant plus subtil !

Tu peux entendre la mer

Au moins trois clins d'œil peuvent être décelés dans le téléfilm Tu peux entendre la mer (merci à Vinking pour le troisième, pas évident du tout !).

Le premier est assez visible... Pour celui qui se donne la peine de lire. Il s'agit de la scène où Taku, le héros du film, regarde la télé. Sur cette dernière nous pouvons y voir la publicité pour une cassette « GHIBLI SUPER XII ».

clin d oeil tu peux entendre la mer 01

Le deuxième clin d'œil est moins évident à apercevoir. Vers la fin du film, lorsque le héros court sur le quai d'une gare, nous pouvons deviner l'affiche de Porco Rosso !

Le dernier, enfin, concerne toujours Porco Rosso. Lui-même !

Pompoko

Les dernières secondes d’entrainement des tanuki, précédant le remarquable passage de la grande parade des yôkai dans Pompoko, est l’occasion de glisser quatre références aux autres films du studio. Dans ce passage, on peut y apercevoir Kiki sur son balai, l'avion écarlate de Porco Rosso, Totoro sur sa toupie volante, mais aussi -et c'était plus difficile à voir- Taeko enfant, l'héroïne de Souvenirs goutte à goutte.

Un autre clin d'œil, encore plus difficile à apercevoir, est observable dans la scène où le policier épouvanté se précipite dans un konbini, un petit supermarché à la japonaise. Regardez l'enseigne (c'est un « Family Eleven », sans doute la fusion de Family Mart et 7 Eleven), le logo au-dessus est constitué de deux noiraudes. Merci à Sandrine pour avoir remarqué ce clin d'œil !

Et un dernier clin d'œil en fin de long métrage, alors que les tanuki veulent faire revivre les paysages d'antan, tous unissent leurs pouvoirs assis sur une tractopelle de la marque « GBL » !

On Your Mark

Sur le plan suivant du clip On Your Mark, on observe que la marque de la voiture n'est pas tout à fait celle d'Alpha Romeo, comme on pourrait le penser. En regardant de plus prês, on y voit un Chibi-Totoro. Merci à Laurent de nous avoir signalé ce clin d'œil !

Le nom du studio apparaît toujours aux endroits les plus inattendus. Le véhicule blindé qu'empruntent nos deux héros porte l'inscription « GHIBLI » gravée sur ses pneus. Ce n'est pas évident à lire, mais on peut la voir juste avant que le véhicule ne démarre. Merci à Thierry pour nous avoir indiquer le clin d'œil suivant, pas facile à voir.

Sur l’image suivante, on peut voir sur uniforme d’un des deux policiers que les deux héros appartiennent à la police de Neo Koenji. Nouvelle auto-référence à l’histoire du studio Ghibli, puisque Kôenji est le quartier de Tôkyô où était établit le studio Telecom ou le studio Topcraft, le point de départ de l’aventure Ghibli. Ce quartier se trouve également non loin de l’actuel studio et du musée Ghibli.

Si tu tends l'oreille

Dans Si tu tends l'oreille, nous avons pu remarquer plusieurs références aux autres films du studio Ghibli.

Le premier clin d'œil est une référence à Mon voisin Totoro : il est possible de voir un livre qui s'intitule « TOTORO » quand Shizuku cherche des ouvrages à emprunter dans la bibliothèque de son école (merci à Julien pour celui-là !).

Le deuxième clin d'œil est un hommage à Porco Rosso. En effet, lorsque Shizuku rencontre pour la première fois le grand-père de Seiji, le vieil homme lui montre une horloge. Sur le cadran de cette dernière, nous pouvons lire l'inscription « Porco Rosso ».

Le troisième clin d'œil est visible sur un des décors réalisés par le peintre Naohisa Inoue pour le film. Il s'agit d'un Chibi, d'un Chu-Totoro et de Jiji, le chat de Kiki, bien cachés dans le décor.

Même si ce clin d'œil n'est pas très explicite, il fera quand même sourire. Il s'agit d'une sorcière sur son balai. On ne reconnaît pas Kiki, mais il s'agit sûrement d'un clin d'œil à la petite sorcière.

Le clin d'œil suivant est discutable, mais certains fans japonais pensent voir les personnages Taku Morisaki et Rikako Mutô, du téléfilm Tu peux entendre la mer, qui attendent un train dans ce plan du film.

Dans ce plan, le livre que Seiji tient à la main s’intitule Kiri no Mukô no Fushigi na Machi (Un village mystérieux au-delà de la brume) de Sachiko Kashiwaba. Ce livre a influencé Hayao Miyazaki dans le développement du Le voyage de Chihiro.

Le dernier clin d'œil n'est pas évident à voir. En effet, on peut observer un camion dont l'idéogramme est le même que celui de la compagnie Yamato, sponsor du film Kiki, la petite sorcière. Le service de livraison à domicile de cette compagnie inspira le titre de la nouvelle, qui inspira lui-même le film. Le camion apparaît plusieurs fois dans le film.

Mes voisins les Yamada

Nous n'avons remarqué dans Mes voisins les Yamada qu'une seule référence à un autre film d’Isao Takahata. Il s'agit de Kié, la petite peste. En effet, le générique de Mes voisins les Yamada reprend un certain nombre d'éléments de celui de Kié. Dans chaque générique, nous pouvons y découvrir par exemple un oiseau perché sur une branche, ou encore le sanglier courant dans les fourrés, référence aux illustrations d'un jeu de cartes très populaire au Japon, le Hanafuda (le jeu des fleurs).

Images du générique de Mes voisins les Yamada.

Images du générique de Kié, la petite peste.

Le voyage de Chihiro

Tous ceux qui ont vu Le voyage de Chihiro auront remarqué des noiraudes dans ce film de Hayao Miyazaki. Bien que, dans ce film, celles-ci aient des pattes, ce clin d'œil à Mon voisin Totoro et ses noiraudes ne fait aucun doute.

En outre, il existe dans la scène du train du Voyage de Chihiro un plan présentant une similitude troublante avec Le tombeau des lucioles. Hommage ou ressemblance fortuite ?

Un clin d'œil à Mon voisin Totoro. Dans la chambre de Bô, le bébé géant, on peut observer Totoro comme motif sur un jouet.

Pour finir, différents clins d'œil à Kiki, la petite sorcière. Toujours dans la chambre de Bô, on peut observer des chats ressemblant à Jiji représentés sur un coussin, et dans la maison de la sorcière Zenîba se trouve la tapisserie d'une sorcière en robe noire avec son balai.

Le château ambulant

Dans Le château ambulant, la bague que remet Hauru à Sophie pour lui indiquer son chemin jusqu'au château, semble faire référence à la pierre magique de Sheeta qui pointe de la même manière la cité volante de Laputa dans Le château dans le ciel.

Un autre motif repris, cette fois, du Voyage de Chihiro : l'ectoplasme espion apporté par la mère de Sophie ressemble au ver noir qui protégeait le sceau privé de Zenîba. Merci à Tom's cube de nous avoir signalé cette référence !

Ponyo sur la falaise

Pour remonter le moral de son fils Sôsuke attristé par l'absence de son père, Lisa entonne la chanson Sampô, le célèbre générique de Mon voisin Totoro.

Merci à Blacksushi pour nous avoir signalé une autre auto-référence discrète, où un Dieu-poussin Ôtori-sama du Le voyage de Chihiro s'est glissé sur l'étagère de la maison des tournesols !

Sur le réfrigérateur de la maison de Sôsuke et de Lisa, on peut voir un magnet à l’effigie d’un Chibi-Totoro. Merci à Yves pour cette auto-référence.

Le bateau de pêche du père de Sôsuke s’appelle le Koganei Maru. Il s’agit là d’une référence directe au studio Ghibli qui a installé ses bâtiments dans la ville de Koganei, en banlieue de Tôkyô.

Enfin, la scène finale de Ponyo sur la falaise est un motif repris du Voyage de Chihiro, les deux scènes symbolisant le rite initiatique et symbolique du passage, cher à Hayao Miyazaki.

Arrietty, le petit monde des chapardeurs

Pour son premier film Arrietty, le petit monde des chapardeurs, Hiromasa Yonebayashi multiplie les clins d’œil aux autres œuvres du studio. La scène d’ouverture, où un corbeau se chipote avec un chat, évoque irrésistiblement Le Royaume des chats. La scène d’adieu et l’accolade affectueuse entre Arrietty et le félin est quasiment une citation du court métrage Mei et le chaton-bus. Enfin, l’envol de Spiller dans sa cape de poils rappelle furieusement Pompoko et ses tanuki volants.

Références inconscientes au Royaume des chats...

à Mei et le chaton-bus...

et même à Mon voisin Totoro...

mais aussi à Pompoko ?

La colline aux coquelicots

Dans son deuxième long métrage, La colline aux coquelicots, Gorô Miyazaki perpétue lui aussi la tradition de l'auto-référence du studio Ghibli : sur le bateau où Shen et Umi rencontrent l'ami de leur père, on peut voir l'inscription « GHIBLI ». Merci à MaThilda pour le coup d'œil !

Aya et la sorcière

Pour son troisième long métrage, Aya et la sorcière, Gorô Miyazaki fait référence à son père, et plus exactement à sa célèbre voiture française, la Citroën 2 CV. Même si celle de Hayao Miyazaki est grise et non jaune, la plaque d’immatriculation frappée des trois lettre « MYA » dans le film laisse peu de place au doute.

Au début du film, alors qu’un couple se penche au-dessus d’un bébé à adopter, on découvre que son lit est émaillé d’une peluche Totoro rose.

Un autre clin d'œil à Mon voisin Totoro se trouve ensuite dans le générique de fin. L’un des petits démons du film prend une pose bien familière à celle du personnage qui donne son nom au film de Hayao Miyazaki.

Enfin, et toujours dans le générique de fin, alors qu’Aya et les petits demons regardent Howl's Moving Castle (Le château ambulant en France) à la TV, Gorô Miyazaki se permet un dernier clin d'œil à la filmographie de son père mais aussi à la romancière britannique Diana Wynne Jones, auteure des deux romans à l’origine des deux films.