Mis à jour : vendredi 10 juillet 2020

Hiromasa Yonebayashi

Hiromasa Yonebayashi est né en 1973 dans la préfecture d'Ishikawa. Il a étudié le design industriel à l'université des beaux-arts de Kanazawa. Pendant ses études, il travaille à temps partiel comme dessinateur de caricatures et comme animateur pour des publicités à la télévision.

En 1996, Il commence sa carrière d'animateur au studio Ghibli en tant qu'intervalliste sur Mononoke-hime (Princesse Mononoke).
Depuis, Yonebayashi a principalement travaillé pour le studio Ghibli. Il a été animateur clé sur de nombreuses productions comme Sen to Chihiro no Kamikakushi (Le voyage de Chihiro), Hauru no Ugoku Shiro (Le château ambulant) et Gake no Ue no Ponyo (Ponyo sur la falaise), et assistant du directeur de l'animation sur Gedo Senki (Les contes de Terremer).

Parallèlement aux longs métrages, Yonebayashi a travaillé sur les courts métrages exclusifs du musée Ghibli. Il a été codirecteur de l’animation sur Mei to Konekobasu (Mei et le chaton-bus) et directeur de l’animation sur Kûsô no Sora Tobu Kikai-tachi (Machines volantes imaginaires). Il a en outre créé le storyboard et réalisé le fabuleux court métrage Shinka-ron (Évolution), projeté sur l'un des écrans de l'installation « Quand le film se déroule » de la première salle de l'exposition permanente du musée Ghibli.

Yonebayashi est reconnu chez Ghibli pour être un animateur de talent. Pour le film Ponyo sur la falaise, il a notamment animé la scène où Ponyo s’échappe de l’antre sous-marin de son père pour rejoindre Sôsuke, déclenchant ainsi une tempête.

En 2009, le studio Ghibli lui confie à 36 ans la réalisation du long métrage Karigurashi no Arietti (Arrietty, le petit monde des chapardeurs). À ce jour, Hiromasa Yonebayashi est le plus jeune réalisateur à se retrouver à la direction d’un film du studio Ghibli. Hayao Miyazaki avait déjà 43 ans lors du début de la production de Kaze no Tani no Naushika (Nausicaä de la Vallée du Vent) et Isao Takahata en avait 52 lors de celle de Hotaru no Haka (Le tombeau des lucioles). Yoshifumi Kondô avait 45 ans lors de la production de Mimi wo Sumaseba (Si tu tends l'oreille), Hiroyuki Morita, 38 ans lors de celle de Neko no Ongaeshi (Le Royaume des chats) et Gorô Miyazaki, 39 ans, lors de celle des Contes de Terremer.

Le surnom de Hiromasa Yonebayashi est « Maro ». Il s'agit du premier pronom personnel « moi » que la noblesse du moyen âge japonais utilisait en même temps qu’une partie courante de leur prénom. On l’a surnommé ainsi parce que Yonebayashi est un personnage très doux, qui ne se met jamais en colère et ne parle jamais fort, comme un noble du moyen âge. Toshio Suzuki a révélé que Yonebayashi était le modèle de Kaonashi, le « sans-visage » très calme du film Le voyage de Chihiro.

Cependant, « têtu » semble être le trait de caractère qui revient le plus souvent dans la bouche de ses principaux collaborateurs pour définir Yonebayashi. Durant la production de Arrietty, le petit monde des chapardeurs, Yonebayashi et le directeur de l’animation Akihiko Yamashita travaillaient côte à côte et il était facile pour lui de l’observer. Selon Yamashita, Yonebayashi est vraiment têtu. Lorsqu'il a pris une décision, il ne change plus d'avis ensuite. Il ajoute que ce trait de caractère lui rappelle un peu Miyazaki. Ce dernier n’aime pas changer d’avis et ne fait jamais marche arrière. Toujours selon Yamashita, Yonebayashi n’est pas un réalisateur qui donne son avis et qui prend des décisions tout de suite. Il réfléchit beaucoup et bien. Mais lorsqu’il donne sa réponse, c’est la bonne et il ne change plus d’avis.

Suzuki raconte lui aussi : « Lorsqu’il a été nommé réalisateur, Miyazaki et moi-même lui avons d’abord dit : « Lis le livre original avant tout. » Le lendemain matin, Miya-san lui a demandé : « Alors, tu l’as lu ? » Il a répondu : « Pas encore... » Ça a continué ainsi tous les jours. Finalement, il ne l'a jamais lu. Il est têtu ! »
Jusqu’alors, Yonebayashi n’était qu’animateur et personne dans l’équipe n’avait encore eu l’occasion de remarquer son caractère un peu spécial. Mais sa promotion soudaine a permis à tout le monde de comprendre qu’il était entêté et qu’il ressemblait un peu en cela à Miyazaki.

Tous s’accordent à dire que Yonebayashi s’est révélé au cours de la production de Arrietty, le petit monde des chapardeurs et a gagné ses galons de réalisateur. Ainsi, le cameraman chargé de filmer la production du film pour la chaîne NTV a observé que Yonebayashi a beaucoup changé par rapport au début de la production. Il prend des décisions plus rapidement, il se transforme de plus en plus en un vrai directeur, avec le poids des responsabilités que cela entraîne. Ainsi, si tout le monde restait déjà tard et que la plupart partaient vers minuit et demi, alors même qu’il est normalement interdit de faire des nuits blanches au studio Ghibli, Yonebayashi, lui, restait seul jusqu’à 3 heures du matin.

Enfin, Yonebayashi semble avoir aussi emporté l’adhésion de Hayao Miyazaki lui-même, puisqu’à la fin de l’avant-première de son premier film, le réalisateur se serait subitement relevé et aurait levé le bras de Yonebayashi en déclarant : « Bon boulot, Maro ! » Plus tard, Miyazaki aurait également dit à Suzuki : « Voici le premier réalisateur né et élevé au studio Ghibli. »

En 2013, Yonebayashi réalise son deuxième long métrage, Omoide no Mânî (Souvenirs de Marnie), adaptation du roman pour la jeunesse When Marnie was There de Joan G. Robinson. Hayao Miyazaki ayant pris sa retraite, le jeune réalisateur en profite alors pour se libérer de l'influence du maître, en s'éloignant des ses thèmes et motifs de prédilection. Le film sort au Japon en juillet 2014.

La contre-performance commerciale du film et Miyazaki à la retraite oblige le studio Ghibli a démanteler son département de production. Yonebayashi est contraint de quitter le studio. Il rejoint le studio Ponoc, fondé par le producteur Yoshiaki Nishimura en avril 2015, où il travaille rapidement à sa troisième réalisation, Meari to Majo no Hana (Mary et la fleur de la sorcière). Le film sort dans les salles japonaises en juillet 2017.

Toujours pour le studio Ponoc, il participe ensuite à l'omnibus Chiisana Eiyu - Kani to Tamago to Tômei Ningen (Héros modestes : crabes, œuf et homme invisible) en réalisant le premier segment intitulé Kanîni to Kanîno (Kanini et Kanino). Il signe pour la première fois une histoire originale.

Début mai 2020, Yonebayashi annonce travailler à un nouveau projet sans en préciser ni la teneur ni le format. Le Japon est alors en pleine crise sanitaire pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Il explique que la production avance difficilement à cause du télétravail imposé à son équipe par les mesures de confinement de la population.


Sources : émission spéciale Les artisans qui ont porté Arrietty, diffusée sur NTV en juillet 2010 - compte Twitter de Hiromasa Yonebayashi
Remerciements : merci à Yasuka Takeda pour les traductions et à Goodbye, sur le forum de Buta Connection, pour les précisions sur le surnom de Hiromasa Yonebayashi.