Mis à jour : dimanche 17 mai 2020

La chasse à la baleine

Résumé

Shigeru est jeune garçon scolarisé à l'école maternelle Les tulipes. Un matin, il aperçoit les garçons de la classe supérieure construire un navire avec de gros blocs de construction. Il veut lui aussi participer. Le navire terminé est nommé L'éléphant et le lion. Bientôt, les enfants réalisent que leur environnement a laissé place à la mer, où même des poissons nagent.
Les garçons chargent alors des cannes à pêche et des cordes sur le bateau et partent à la chasse à la baleine…

Quelques mots sur le court métrage

Chronologiquement, La chasse à la baleine est le premier court métrage exclusif projeté au musée Ghibli. Réalisé par Hayao Miyazaki, ce film est en rupture graphique par rapport à son dernier long métrage d’alors, Le voyage de Chihiro. Le film est caractérisé par un graphisme simple et rond et des couleurs pastels qui rappellent des dessins d’écoliers. Ils aident le spectateur à s’immerger dans le monde de l’enfance, thème central du film.

La chasse à la baleine annonce ce que seront la plupart des autres courts métrages du musée pour le studio Ghibli, à savoir un terrain d’expérimentations formelles, vers du plus épuré, annonçant notamment Ponyo sur la falaise.

Création du film

En moyenne, dans le cinéma d’animation aux budgets confortables, 12 dessins sont nécessaires pour donner l’illusion d’un mouvement fluide à l’œil humain. Au-delà, la différence est peu perceptible et entraîne des coûts de production superflus. Ces 12 dessins sont doublés lors de leur report sur pellicule, afin d’obtenir les 24 images par seconde nécessaires au standard de projection du cinéma. 8 dessins (qu’on triple alors sur pellicule) sont le seuil en dessous duquel on ne descend pas, car l’animation va devenir saccadée. C’est le standard actuel des films d’animation japonais et également du studio Ghibli. Pour La chasse à la baleine, une fois l’e-konte (storyboard) achevé, Hayao Miyazaki a exceptionnellement proposé à son équipe de porter le nombre de dessins à 12 par seconde d’animation. Il souhaitait ainsi montrer minutieusement tous les mouvements des enfants à l’écran.

Les couleurs, éclatantes, sont l'œuvre de la fidèle collaboratrice du réalisateur, Michiyo Yasuda. A la musique, on retrouve le compositeur Yûji Nomi, qui avait signé la bande originale du long métrage Le Royaume des chats. La chanson de fin Okaeri no Uta (bienvenue à la maison) est une chanson que Miyazaki entendait chanter à la maternelle où il venait chercher l’un de ses fils. Il ne se souvenait que d’un passage mais tenait absolument à l’utiliser pour le film. L’équipe a retrouvé la trace du compositeur sur internet et obtenu le droit d’utiliser la chanson. Toutefois, les paroles dont se souvenait Miyazaki n’étaient pas celles d’origine et il a donc été décidé de garder les paroles ré-interprétées par Miyazaki pour le film.

Afin de rester jusqu’au bout dans une esthétique enfantine et de ne pas donner un coté trop strict aux crédits qui s'affichent lors du générique de fin, Miyazaki a demandé à tous ses collaborateurs d’écrire leur nom à la main.

L’histoire originale et leurs auteurs

Le scénario de La chasse à la baleine est tiré d’une histoire du même nom, inclut dans le livre pour enfants plusieurs fois primés, Iya Iya En (La maternelle Non-non), écrit par Rieko Nakagawa et illustré par Yuriko Ômura.

Rieko Nakagawa ne se destinait pas à l’écriture de romans, elle est institutrice de formation et caressait même le rêve de devenir la meilleure institutrice du Japon. Née en 1935, à Sapporo (Hokkaidô), dès 1955, elle finit ses études d’institutrice et occupe ce poste durant 15 ans. C’est en écrivant une lettre d’admiration à Tomiko Inui, éditrice de livre pour enfants chez Iwanami Shoten, mais elle-même aussi célèbre auteur de romans pour enfants, que celle-ci la pousse dans cette voie en lui proposant de la rejoindre dans un groupe d’écriture de romans pour les enfants nommé Itadori. La chasse à la baleine est sa première histoire. En 1959, elle publie La maternelle Non-non dans un dojinshi (magazine amateur) du nom de Itadori Sirizu 3 (Série d’Itadori 3). En 1962, Iya Iya En est publié chez l’éditeur Fukuinkan Shoten. L’année suivante est l'année de la consécration pour Nakagawa, car elle remporte de nombreux prix dans la catégorie du roman pour enfants.

Yuriko Ômura (Yuriko Yamawaki après son mariage) est la sœur cadette de Rieko Nakagawa. Née en 1941, elle a suivit des études de langue française à l’université Jôchi. En 1959, lorsque sa grande sœur publie Iya Iya En, elle illustre ses histoires. Depuis elle participe à tous ses ouvrages. Actuellement, elle traduit en japonais Le roman de renard de Léopold Chauveau.

Les deux artistes n’en sont pas à leur première collaboration avec Hayao Miyazaki, puisqu’elles ont participé à la publicité Sora-iro no Tane (La graine bleu ciel), spot TV réalisé pour Nippon TV en 1992 à l'occasion du 40ᵉ anniversaire de la chaîne. Nakagawa a également écrit les paroles des génériques de Mon voisin Totoro.

Le personnage de Shigeru

Une attention toute particulière a été apportée au personnage marginalisé de Shigeru, doublé par Keito Ishihara. Au Japon, les enfants scolarisés à l’école maternelle sont répartis en classes en fonction de leurs âges. Dans La chasse à la baleine, Shigeru est dans la petite classe de première année. Il est mis à l’écart par les enfants de la classe de deuxième année, plus âgés que lui d’un an, qui refusent de l’emmener avec eux à la chasse à la baleine. Mais Shigeru n’a pas un caractère rancunier et accepte avec complaisance cette situation. Un des défis les plus importants dans la création du film était de décrire ce caractère indulgent à l’écran. A la fin du film, même s’il n’a pas accompagné la classe de deuxième année dans leur jeu, c’est tout de même lui qui se charge de prendre en photo les enfants.

Le doublage

Pour le doublage de La chasse à la baleine, Hayao Miyazaki tenait à utiliser les enfants d’une maternelle. Il imaginait les faire réellement jouer au jeu de la chasse baleinière et les enregistrer en train de s’amuser. L’équipe est allée dans une maternelle proche afin de vérifier si c’était possible. Mais ils se sont vite aperçus que l’enregistrement de voix d’enfants dans leur milieu de jeu habituel poserait de gros problèmes, notamment de concentration chez de jeunes enfants mais aussi de réglementation concernant le temps de travail. Finalement, le studio Ghibli a engagé de jeunes acteurs professionnels qui ont été choisis lors d’un casting parmi 80 enfants. Leur prestation a été enregistrée avant la production de l’animation.

Le rôle de la baleine a été attribué au producteur du studio Ghibli Shinsuke Nonaka. Celui-ci n’en était pas à son premier coup d’essai dans le doublage car il avait déjà participé au premier épisode de Ghiblies, diffusé lors d’une émission spéciale de Nippon TV en 2000. Il est également connu pour être un personnage assez spécial dans le strip de 4 cases Nonaka-kun (Monsieur Nonaka), publié dans le très célèbre magazine spécialisé dans l’animation Animage. Miyazaki trouvait que son caractère correspondrait bien à celui de la baleine qui s’amuse avec les enfants. Au final, Nonaka a très bien joué ce rôle important. Même si on raconte que pour lutter contre le trac, il a du se réfugier dans quelques verres d’alcool pour se donner du courage...

Crédits

Titreくじらとり (Kujiratori)
The Whale Hunt / La chasse à la baleine
Œuvre originale Iya Iya En (La maternelle Non-non) de Rieko Nakagawa (histoire) et Yuriko Ômura (illustrations) publié chez Fukuinkan Shoten
Scénario, réalisation Hayao Miyazaki
Directrice artistique Sayaka Hirahara
Character design Masaaki Yuasa
Directeur de l'animation Takeshi Inamura
Contrôle de l’animation Mariko Suzuki
Couleurs Michiyo Yasuda
Directeur de la photographie Atsushi Okui
Musique Yûji Nomi
Producteur Toshio Suzuki
Production Studio Ghibli en coopération avec le Museo d’Arte Ghibli
Date de sortie 2001
Durée 15 minutes 42 secondes

Doublage

Shigeru Keito Ishihara
Chiko-chan Mao Onodera
La baleine Shinsuke Nonaka


Le court métrage La chasse à la baleine a également été projeté dans le cadre du Festival international du film pour enfants de New York (New York International Children's Film Festival - NYICFF), en 2002.


Source : fascicule du court métrage La chasse à la baleine
Remerciements : merci à Yasuka Takeda pour les traductions