Mis à jour : mercredi 9 octobre 2019

Exposition temporaire 2002
Laputa, le château dans le ciel
et les machines de science-fiction imaginaires

Le château dans le ciel, sorti en été 1986, au Japon, est le premier long métrage du studio Ghibli. Les machines que l’on voit dans le film furent conçues à partir de celles imaginées dans les romans de science-fiction du 19ᵉ siècle. Curieuses voire farfelues, ces machines reflétaient aussi bien le côté immature de l’homme dans son approche de la science, qu'une croyance optimiste dans toute puissance de la technologie. Elles dépeignaient aussi parfaitement bien la force de l'imagination et le désir d’explorer les mondes inconnus de cette époque.
Avec l’exposition temporaire Laputa, Le château dans le ciel et les machines de science-fiction imaginaires, Hayao Miyazaki a souhaité faire le lien entre le monde des machines fantastiques qui ont été rêvées par le 19? siècle et le film Le château dans le ciel, héritier de ces rêves.
Cette exposition, exceptionnelle dans sa description de l’univers du film, grâce à divers affichages explicatifs, d’illustrations du dessinateur français Albert Robida et de maquettes (on pouvait notamment y contempler une réplique grandeur nature d’un ornithoptère), proposa également trois courts métrages exclusifs qui furent projetés dans des Film Box, sorte de TV à la forme un peu rétro et dans laquelle se trouve un projecteur qui diffuse le film, sans utiliser d'écran TV ni de magnétoscope.
Ces courts sont les suivants :

Le modèle grandeur nature de l'ornithoptère Alcione, visible dans le court métrage Machines volantes imaginaires,
spécialement construit pour l’exposition.

Note d’intention par Hayao Miyazaki (novembre 2001)

« Avec cette exposition, j’ai souhaité stimuler l’imagination des plus jeunes en leur montrant les étranges et fantastiques machines imaginées par l’homme à l’aube de l’âge de la machine, au 19ᵉ siècle. Je les ai connectées à l’univers du film Laputa, le château dans le ciel, qui porte la même tradition.
Cette exposition ne touche qu’à un aspect de cette civilisation des machines, mais j’ai voulu en faire une opportunité pour enrichir la conscience historique des enfants à propos de la civilisation des machines.
Pour nous qui vivons dans cette époque crépusculaire où les produits apparus durant cet âge sont appréciés et considérés comme acquis, connaitre l'aube de cet âge fait partie des bases de l'éducation. Au 19ᵉ siècle, la peur et l'insécurité se mêlaient déjà aux espoirs et à l’optimisme suscités par l'âge des machines.
Nos enfants sont destinés à vivre une époque où les folies de la civilisation doivent être guéries. »


Sources : fascicule de l'exposition temporaire Laputa, le château dans le ciel et les machines de science-fiction imaginaires - catalogue du musée Ghibli de Mitaka (version revue et augmentée)
Remerciements : merci à Yasuka Takeda pour les traductions