Retour sur le site
Nous sommes actuellement le 15 Juil 20 14:27

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : [Legende] Rokubo-Kubi
Message Publié : 18 Avr 03 16:19 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur

Inscription : 26 Nov 02 23:57
Message(s) : 341
Localisation : Paname
Pour fêter le retour du forum et des débats en folies je vous propose deux histoires courtes de fantômes avant de passer un peu plus tard à une autre sur l’histoire japonaise.

La première ce nomme : Rokuro-Kubi


Vers le milieu du 14éme siècle vivait un moine errant du nom de Kairyô. Une allure calme, des habits modestes et une gentillesse sans égale pourraient être la meilleure façon de le décrire.
Il prêchait la bonne loi et n’hésitait pas à aller dans des endroits que nul autre que lui ne voulait aller. Un jour, alors qu’il traversait une dense forêt, perdue dans les montagnes de la région de Kai, il se laissa surprendre par la nuit. Ne connaissant pas la région, il préféra rester sur le chemin et trouver rapidement un endroit où dormir. Il sourit à la vue d’un bel emplacement sous un arbre, au creux des racines. Il dormirait à la belle étoile, comme au temps de sa jeunesse. Il s’installe rapidement mais, reste paisiblement éveillé, à l’écoute de la nature. Des petits bruits, des cris d’oiseaux, le souffle du vent qui agite les feuilles sont autant d’émerveillements pour Kairyô. Tombant lentement dans le sommeil, il remercie Bouddha pour le chemin accompli.

Un bruissement, puis un autre, qui devient un bruit de pas, un pas d’homme, un pas qui se rapproche. Un paysan émerge de la forêt presque en face du moine. Un instant étonné, le paysan se fige, puis, doucement, se rapproche pour le regarder. Il recule à la vue du sourire de Kairyô qui vient d’apparaître sur son visage, encore serein du sommeil.

« Je t’avais entendu venir avec ton fardeau de bois, n’ai crainte, je ne te ferai aucun mal, je ne suis qu’un hôte des nuages et de l’eau (un moine errant). »

« Messire, veuillez m’excuser de ma surprise et de ma prudence, mais dans cette région, il n’est pas rare de croiser des créatures ou des fantômes qu’il ne vaut mieux pas déranger. Vous-même n’avez-vous pas peur de faire de mauvaises rencontres et de dormir seul ici ? »

« Mon ami, avec un petit rire joyeux, je ne suis qu’un prêtre errant, je ne crains pas ni les monstres poilus, ni les autres fantômes. Et, j’aime ces lieux solitaires où je peux méditer en paix. »

« Vous êtes très brave, seigneur prêtre, mais je vous assure qu’il serait téméraire de dormir ici. Je ne suis qu’un humble paysan, mais je serais honoré de vous offrir le gîte et le couvert pour la nuit. Vous y serez beaucoup plus en sécurité. »

Kairyô, devant l’empressement du paysan, accepta l’invitation et suivit l’homme d’un pas alerte à travers la forêt. Suivant un étroit sentier, ils débouchèrent sur une petite clairière avec en son milieu une modeste maison faite de bois, éclairée par quelques bougies. Après s’être débarrassé de son chargement de bois, le paysan conduisit le prêtre près d’un point d’eau pour se laver les pieds.
Il conduisit ensuite Kairyô dans la maison et lui présenta sa famille, encore éveillée pour attendre son retour. Dès son arrivée, le moine fut accueilli avec beaucoup d’égards et de politesses. On lui proposa de la nourriture, certes simple, mais revigorante. Se tournant vers son hôte, le moine demanda

« L’amabilité de votre parler et la gentillesse de votre famille, me fait supposer que vous n’avez pas toujours été un bûcheron ? »
« Vous avez parfaitement raison, seigneur prêtre, bien avant de vivre dans ma vie présente, faite de misère, j’occupais une très haute position hiérarchique. J’étais un daimyo (seigneur). Mais, l’excès de vin et de femmes furent mes plus grands torts, et j’ai mal agi. J’ai causé la perte de ma maison et fait mourir nombre d’hommes par la folie de mes passions. Mes quatre compagnons ici présents, qui sont ma seule vraie famille désormais, m’aident à expier ma faute et racheter mes erreurs par une vie simple et généreuse envers les malheureux. »

Le moine regarda les deux femmes et les deux hommes successivement qui, triste, acquiesçaient d’un air grave.

« Mon ami, j’ai souvent remarqué que ceux qui sont les plus fous dans leur jeunesse sont souvent devenus très sage en vieillissant. Je suis sûr que votre cœur a un repenti sincère. Pour vous aider dans votre chemin, je vais réciter des soutras ce soir à votre intention. Il remercia alors les cinq personnes présentes et s’en alla prier dans la chambre qu’on lui avait préparée. Peu à peu toute la petite maisonnée s’endormie et on entendit que les murmures du prêtre, récitant les versets divins.

Tombant de fatigue, et sentant l’engourdissement venir, Kairyô, voulu marcher un peu et se rafraîchir dans l’air de la nuit. Il ouvrit doucement le panneau qui séparait sa petite chambre du reste de la maison.

5 ! … 5 … 5 … Kairyô n’en croyait pas ses yeux …

La lumière d’une petite lanterne posée par terre, éclairait la pièce avec ces cinq corps allongés. Tous orientés au nord, ils semblaient dormir paisiblement, les bras le long du corps. Et la tête ….
Mais …. Quelles têtes ? Ils n’avaient pas de tête ! C’étaient cinq corps sans tête, allongés, qui étaient dans cette pièce !

Retrouvant ses esprits, le moine essaya de comprendre la situation. Un crime ? Non, il n’avait rien entendu et il n’y avait nulle part non plus, de traces de violences ou de sang. S’approchant doucement du corps du bûcheron, il commença à l’ausculter et regarder le cou. La coupure, nette et précise, semblait très ancienne et le sang séché depuis longtemps. Regardant en détail la blessure béante, il remarqua quelques inscriptions rouges à la base de la nuque. Il passa un long moment, accroché à la chandelle, avant de réussir à décrypter les kanji. C’était une sorte de formule magique ou de malédiction.

« Des Rokuro Kubi ! »

Se souvenant des livres anciens, le moine décida d’agir vite car, lorsqu’on est en présence de ces têtes fantômes, il faut s’intéresser avant tout à leurs corps décapités. Il faut alors les déplacer puis les cacher. Enfin, se cacher soi-même pour éviter leur colère. Ainsi, quand les Rokuro Kubi reviennent pour reprendre possession de leur corps, elles seront effrayées de leur absence. Ne les retrouvant pas, elles erreront jusqu’aux premières lueurs du jour où elles tomberont inertes et desséchées.

Regardant dehors, le moine ne vit aucune tête dans les parages et aucun bruit suspect. Doté d’une forte constitution malgré un age déjà un peu avancé, il n’eu aucun mal à porter les corps un par un pour les cacher dans les fourrés aux alentours de la maison. Au moment où il jetait le dernier, le corps du bûcheron, il entendit des voix se rapprocher de la maison. Il essaya de se faufiler doucement vers la demeure pour écouter leur conversation et s’éloigner du corps inerte. La lune, presque pleine, permit au moine d’observer les cinq têtes voler autour de la maison, happant des insectes en vol. La tête du bûcheron se figea alors devant la porte d’entrée, un sourire malsain sur son visage.

« Comme il a l’air bien gras, ce prêtre errant. Nous en avons pour plusieurs jours de repas, et ça nous changera des insectes et des oiseaux ! »

Il poursuivit.

« Mais, que j’ai eu grand tort de lui parler de cette histoire de seigneur repenti. Depuis qu’il récite les soutras, on ne peut pas l’approcher, nous, les créatures de la nuit. Il faut attendre qu’il s’endorme, mais le temps presse, l’aube approche. »

« Toi ! » En désignant une tête de femme « Va voir si le prêtre dort ! J’ai faim ! »

Kairyô vit la tête féminine plonger dans la maison. Après quelques instants, elle revint à toute vitesse, les traits tirés et le visage hagard.

« Le prêtre n’est plus dans sa chambre, seigneur. Il a disparu et emporté nos corps ailleurs. »

« Comment ? » Le visage du bûcheron se déforma, sous le coup de la colère et de la haine. « Maudit moine ! Tu cherches à nous tuer en cachant nos corps ! Je vais donc mourir oui, mais pas tout seul ! Nous sommes cinq, cinq pour te débusquer de ta cachette, te déchiqueter en lambeaux, te faire souffrir pour ton acte ! Oui ! Cinq pour commencer à te manger ! Cherchez le vous autres, nous avons peu de temps et tant de choses à faire pour le voir se tordre de douleur ! »

A ces mots, Kairyô, vit toutes les têtes se mettre à chercher partout dans les fourrés alentours. Saisissant un bâton, le moine, le sourire aux lèvres, s’avança doucement vers la tête du bûcheron. Mieux vaut regarder le danger en face, mais surtout éviter que les Rokuro Kubi puissent retrouver leurs corps, tout proche.

« Tu était là, sale lâche ! Tu te cachais pour rire de nous ! Et, tu penses pouvoir nous battre avec ce faible morceau de bois ? Tu es plus naïf que je croyais ! Nous sommes cinq et tu es seul. Allons mes compagnons, jetons nous dans notre dernier combat ! »

Au même instant, la tête du bûcheron et de ses quatre compagnons bondirent sur Kairyô. Mais le prêtre réussit facilement à éviter les charges des têtes. Il se servit de son arme improvisée comme d’une épée et frappa violement les crânes à sa portée.

« Avant d’être un moine errant, fantôme, j’ai eu une vie moi aussi. Je me nommais Isogai Heidazaemon-Taketsura au service d’un seigneur à Kyûshû. Moi aussi j’ai eu a subir la ruine de la maison de mon daimyo. J’ai préféré me retirer de la vie active plutôt que de changer de maître. Mais, ne t’inquiètes pas, j’ai encore de très bons restes. »

Redoublant de colère, la tête du bûcheron réussit à mordre la manche de l’habit de moine tandis que ses autres compagnons, à moitié assommés, gisaient par terre, attendant déjà la mort. Le moine frappa de toutes ses forces sur la tête qui ne voulait pas lâcher le vêtement. Après un autre grand coup sur le crâne, la tête fit un long gémissement et pendit, inerte, toujours accrochée.
Malgré tous ces efforts, Kairyô ne réussit pas à l’en retirer. Il ri aux éclats, et pensa que c’était là un bien étrange cadeau. Regardant l’aube arriver, il alla chercher ses affaires et reprit le chemin, la tête du bûcheron toujours accrochée à sa manche. Après quelques jours de marche, il laissa son vêtement avec la tête dans un temple et raconta avec plaisir son histoire.


Voila. J’ai un peu écourté l’histoire, mais je la trouve très sympa. J’en mettrai une autre, ce week-end, sur les fantômes. Ensuite, il en viendra une sur l’histoire japonaise …


A++

Fuse


Dernière édition par Fuse le 15 Juil 03 13:07, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 18 Avr 03 16:40 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Mars 02 22:32
Message(s) : 523
Localisation : Dai Ei Toshokan
Tu a raison, cette histoire est bien sympatique, par contre j'ai l'impression qu'il manque quelque chose a la conclusion, serais-ce la ce que tu a écourté? En tout ca encore merci pour cette histoire.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 18 Avr 03 18:17 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Mars 02 07:18
Message(s) : 700
Localisation : le Sud :P
C'est vrai que celle est assez marrante :D
Merci bcp de cette contribution.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 19 Avr 03 12:35 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Jan 03 12:33
Message(s) : 443
Localisation : Moselle, près d'Amnéville
:D Merci Fuse !

_________________
[url=http://fnak.site.voila.fr/][img]http://site.voila.fr/fnak/images/2-picture4.jpg[/img][/url]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Avr 03 20:39 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 31 Jan 03 10:54
Message(s) : 56
Localisation : Paris
Ouais merci Fuse, c vraiment sympa de te donner toute cette peine pour nous raconter de belles histoires..... celle-ci était vraiment sympa... encore merci.... :lol: :lol:

_________________
" We think too much and feel too little "


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB