Retour sur le site
Nous sommes actuellement le 15 Juil 20 14:36

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 30 Déc 04 02:42 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 04 22:51
Message(s) : 54
Ce livre raconte le périple de Miyamoto Musashi le plus grand ronin de l'histoire japonaise.
D'autres personnes l'ont-ils lues ici?
Pour ma part c'est un des livres que j'ai préféré.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 30 Déc 04 17:40 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juin 03 21:40
Message(s) : 784
Localisation : De retour à Lyon, après Paris et Bordeaux
Oui, d'autres l'ont lu (au moins un, moi). Mais si tu l'as tant apprécié, l'idéal serait que tu prolonges ton post pour détailler un peu ce qui t'as plu dans cette oeuvre: bref, que tu proposes une critique (positive, mais une critique quand même) de ce livre. Tu auras ainsi plus de chance de faire réagir d'autres lecteurs de Yoshikawa et de susciter une discussion intéressante. Au mieux, tu pourrais même amener d'autres forumeurs à le lire ! :D


(Oui, je sais, je me défausse :wink: : je pourrais, moi, proposer une critique pusique je l'ai lu. Sauf que 1) j'aimerai avant savoir pourquoi tu l'as tant apprécié, toi, avant de te donner mon opinion, 2) je n'ai lu que La pierre et le sabre et pas (encore?) la deuxième partie, La parfaite lumière et 3) je serai peut-être moins enthousiaste, alors autant commencer par les avis les plus favorables.)

_________________
"Qui trop embrasse mal étreint, qui mal étreint perd les pédales et qui perd les pédales se fout la gueule par terre". Pierre Dac


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 31 Déc 04 02:52 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 04 22:51
Message(s) : 54
Tout d'abord je n'ai pas encore lu la seconde partie non plus mais ca ne saurait tarder. J'ai pas voulu trop en dire car peur de spoiler.
Alors je n'ai pas l'habitude de faire des critiques mais bon je vais me lancer.
J'ai acheté ce livre au début du mois d'aout et les 200 premieres pages(sur 900 envrion) ont été achevés en moins d'une journée.
Le début de l'histoire(sans tenir compte du prologue) nous place devant les ravages d'un champ de bataille et on s'interesse a Takezo et Matahachi, 2 amis d'enfances. Lilivre racontre le périple de ces 2 protagonistes, l'un baignant dans le succés et l'autre dans ce qu'on pourrait qualifier en comparaison de "déchéance".
Ce qui m'a plus dans ce livre, c'est que les descriptions son parfaites a mon gout(ni trop long, ni trop court mais juste ce qu'il faut).
Egalement tout au long de l'oeuvre les personnages secondaires se croisent, évoluent tantot seul avec Matahachi ou Musashi. Ce mouvement perpetuel des personnages est à la fois marrant(tant les rencontres sont le fruit d'un hasard douteux) et que chaque fois ils apparaissent au moment idéal(en bien ou en mal).
C'est avant tout un livre d'initiation ou le jeune turbulent Takezo devient de plus en plus sage.
Bref je le conseil à tous et si comme moi en lisant les 10 premieres pages en magasin vous ne savez pas vous arretez et bien venez poster ici vos impressions.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 02 Jan 05 14:48 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur

Inscription : 26 Nov 02 23:57
Message(s) : 341
Localisation : Paname
Je ne voudrais surtout pas briser une future collaboration de ta part envers cette section du forum qui en a besoin, mais je crois qu’il faut bien remarquer que le personnage de Miyamoto Musashi reste avant tout un héros de kabuki/roman qui, bien qu’il est connu une existence réelle, n'a eu aucune importance historique. Il n’a jamais connu de poste de commandement, n’a jamais connu aucun honneur du shogunat pour ses ‘exploits’ (qui sont pour la plus part invérifiable et sujette à de très sérieux doutes) et il n’a jamais eu de poste officiel au sein de l’administration centrale. Sa seule célébrité vient de ses dires (mythomane invétéré comme Buffalo Bill ??) et de son école de combat (dans une période de paix où elle est devenue inutile). Son obscur livret dit ‘traité des 5 roues’ a servi vers l’époque de Meiji, avec d'autres ouvrages, comme support d’une idéologie dominante imposée par le pouvoir pour valoriser les valeurs du sacrifice et du devoir envers ses supérieurs. Ils vont être utilisé pour développer le pays à moindre coût et continuer à avoir une population docile et soumise. Tout cela se fit au dépend des cultures populaires trop libres et trop difficiles à contrôler.

L’auteur a par contre très bien réussi à mon goût à mélanger la forme du roman concernant la vie de Musashi et des autres personnages à des descriptions de cette vie difficile les débuts de l’histoire moderne japonaise avec l’époque Edo. J’espère que tu liras la suite de cette série de roman et qu’ils te donneront l’envie d’en savoir un peu plus sur cette période historique que tu pourras connaître par des ouvrages historiques.


Bonne lecture et merci de participer à cette section


Fuse


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 02 Jan 05 22:11 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juin 03 21:40
Message(s) : 784
Localisation : De retour à Lyon, après Paris et Bordeaux
Sur le fond (l'importance réelle de l'homme Musashi, la réalité de ses actions "héroïques", etc...) tu as certainement raison, Fuse. Mais c'est justement aussi en cela que le roman de Yoshikawa est intéressant:

J'ai l'impression qu'avec ce personnage, Yoshikawa a créé, ou a remis en valeur, un archétype qui est désormais bien ancré à la fois dans les "clichés" de l'Occident envers le Japon et même peut-être dans les clichés des japonais sur eux-mêmes, sur leur propre histoire, sur leur manière de penser..., le cliché du "samouraï-errant-guerrier-invincible-mais-philosophe" (pour caricaturer, évidemment :wink:).

Sinon, sur le livre proprement dit: je l'ai lu il y a quelque mois, ce n'est plus très frais, mais j'en garde les impressions suivantes:

Comme le dit Gnooooome, c'est un gros roman qui sait captiver assez vite, même si son style (en tout cas sa traduction) n'est pas très léger. Personnellement, j'ai eu du mal à accrocher au début. Mais les images décrites sont fortes, et on se laisse finalement prendre.
En fait, je le vois comme un équivalent nippon des grands romans de cap et d'épée d'Alexandre Dumas, mâtiné de roman sentimental façon Autant en emporte le vent :
- Beaucoup de personnages, qui évoluent au fil de l'histoire, plusieurs intrigues, déroulées sur plusieurs années.
- Yoshikawa fait des prouesses (souvent assez "forcées", un peu comme dans un vaudeville) pour que les personnages se croisent, se ratent ou se rencontre quand il ne le faut pas, tout en tournant toujours autour du personnage central de Musashi.
- Il exploite autant qu'il le peut le contraste entre les deux anciens amis, Takezo (Musashi) et Matahachi, qui évoluent dans des sens diamétralement opposés et à l'inverse de ce que l'on attendrait au début du roman. Le "gentil garçon" s'avère un faible, un indécis, qui sombre dans l'alcool, quand le "voyou" s'assagit, réfléchit et décide de chercher imperturbablement sa "propre voie".
- Mais finalement, pour conserver cette prééminence du personnage de Musashi, les autres personnages, et leurs sentiments ou leur état d'esprit, deviennent caricaturaux ou stéréotypés en 850 pages... Matahachi devient l'éternel perdant, Otsu l'amante désespérée, la mère de Matahachi la vieille grincheuse bornée, Kôjiro le méchant-très-méchant-et-très-fort, etc, etc... Evidemment, faire évoluer autant d'individus est sûrement une gageure pour un romancier, et je ne crois pas que Dumas fassent preuve de plus de finesse.
Bref, c'est effectivement un bon roman d'aventures, mais comme chez Dumas encore, cet aspect romancé est trop évident pour qu'on se laisse aller un instant à croire que ces personnages aient pu être réels. Par conséquent, qu'ils soient basés sur des individus historiques n'a finalement guère d'importance.
Pour finir, je n'ai quand même pas trouvé ce roman suffisamment captivant pour avoir le courage d'attaquer sa suite, La parfaite lumière, une suite aussi volumineuse que le premier bouquin. :wink:

_________________
"Qui trop embrasse mal étreint, qui mal étreint perd les pédales et qui perd les pédales se fout la gueule par terre". Pierre Dac


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Jan 05 00:19 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur

Inscription : 26 Nov 02 23:57
Message(s) : 341
Localisation : Paname
Comme je l’ai déjà dit auparavant, je ne peux critiquer la série de roman elle-même qui contient beaucoup de bonnes choses. Pour ce qui est de la trame, je crois me souvenir que l’on m’avait dit que le roman avait été tout d’abord pré publié par morceaux dans un journal. Cela pourrait permettre d’expliquer aussi les rencontres fortuites et les nombreux petits rebondissements qui amènent le lecteur à vouloir la suite au prochain numéro. Néanmoins, ma mémoire étant une jolie passoire, il se peut que j’ai confondu avec un autre roman-fleuve.

Pour ma part, j’avoue ne pas avoir accroché pour diverses raisons que je ne suis pas sûr moi-même de savoir. Sur le côté histoire, le problème revient souvent à ‘pourquoi lire un roman alors que mes livres d’histoire sur la même étagère sont aussi intéressants et qu’en plus ils décrivent une réalité plus exacte’. Sur le côté roman/roman historique, j’avoue ne pas être un grand client, sauf si on rajoute autre chose, une enquête policière par exemple (Moine Cadfael, Juge Ti, Mandarin Tan et bien d’autres …) et/ou des légendes (Seishi Yokomizo, Sarah Dars, …).

Je trouve d’ailleurs ta description très juste et la comparaison avec Dumas des plus intéressantes et justifiable. Je comprends tout à fait qu’on puisse trouver ce roman très agréable et simple à lire. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si une bonne partie de la reconnaissance de ce pauvre anonyme de M. Musashi provient de ces romans.


Fuse


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Jan 05 00:44 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 04 22:51
Message(s) : 54
Ce livre paru en roman feuilletton?
Ah j'aimerais bien savoir, ca xpliquerait pas mal de choses au niveau des rebondissements.
Si tu peux te renseigner.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Jan 05 00:56 
Hors-ligne
Webmaster-Admin
Webmaster-Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Avr 03 23:21
Message(s) : 2701
Localisation : En train de preparer un plan contre la FNAK!
J'ai trouvé ceci sur internet:
[quote]Le roman de Yoshikawa nous est parvenu en deux volumes, traduits sous les noms de La pierre et le sabre, et de La parfaite lumière [1]. Le roman paraît entre 1935 et 1939 dans l’Asashi Shimbun, le plus grand et prestigieux journal du Japon. "Miyamoto était un personnage réel

source : http://www.artelio.org
même s'il faut se mefier d'internet en general, l'info semble relayée un peu partout.

Dernière édition par Ceiba le 06 Jan 05 23:12, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Jan 05 20:36 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 04 22:51
Message(s) : 54
Ca ne nous donne pas la réponse.
Nous est parvenu= traduits ou compilés puis traduits. :?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 06 Jan 05 01:00 
Hors-ligne
Webmaster-Admin
Webmaster-Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Avr 03 23:21
Message(s) : 2701
Localisation : En train de preparer un plan contre la FNAK!
ta question:
[quote]Ce livre paru en roman feuilleton?


ma reponse :
[quote]Le roman paraît entre 1935 et 1939 dans l’Asashi Shimbun, le plus grand et prestigieux journal du Japon.

je pense donc qu'il s'agit d'une parution en plusieurs episodes, echelonnés sur 4 ans.

Dernière édition par Ceiba le 06 Jan 05 23:15, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 07 Jan 05 00:40 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur

Inscription : 26 Nov 02 23:57
Message(s) : 341
Localisation : Paname
L’Asahi Shimbun et le Yomiuri shimbun sont des journaux très anciens (18ème siècle je crois pour le second) au Japon. Ils ont suivi les modes et les habitudes de lecture pour survivre autant. Une de ses habitudes, qui perdurent encore (mais avec beaucoup moins de force) et celle de la prépublication de livres au sein d’un journal dans une édition quotidienne mais surtout hebdomadaire du wek-end. Cela permet à l’auteur de se faire payer tout en écrivant son livre et de pouvoir s’adapter rapidement à son lectorat si le succès n’est pas au rendez-vous. Cette prépublication d’œuvres littéraires ‘grand public’ n’est d’ailleurs pas spécifique au Japon et est une chose courante durant le milieu du 19ème siècle en France pour ne citer qu’un exemple. La chose existe aussi pour les bandes dessinées, les dessins de caricatures ou parfois aussi pour des poèmes.

Pour ce qui est de la publication en France de Yoshikawa et de manière générale des ouvrages d'origine étrangère , il est bien rare, voir exceptionnel que ceux-ci soient prépubliés. Ils ne connaissent en général qu’une publication en volume et sont même rarement réédités. Cela ne fait à peine 30 ans qu’il est devenu assez simple de trouver en France des œuvres classiques japonaises traduites (et beaucoup moins encore, pour des œuvres plus underground ou sur les sciences humaines). Mais bon, il s’agit là d’un autre problème, sans parler non plus de la qualité de la traduction ...


Fuse


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 07 Jan 05 22:01 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juin 03 21:40
Message(s) : 784
Localisation : De retour à Lyon, après Paris et Bordeaux
Merci pour toutes ces précisions, Fuse.

L'amusant, dans l'affaire, c'est que cela appuie encore ma comparaison Yoshikawa/Dumas (ou d'autres grands auteurs romanesques de la même époque), puisque ce dernier, lui aussi, pré-publiait ses romans dans des revues, si je ne me trompe. Pas étonnant, si c'est le cas, que les deux auteurs se rapprochent sur la forme.
Saurais-tu aussi si, comme les romanciers français, Yoshikawa était payé par les journaux japonais à la ligne?

(On sait que c'est pour cette raison que Dumas usait et abusait des rebondissements [pour faire durer] ou des dialogues interminables [ parce que une phrase, voire un mot (ex: Ah? Non? etc...) d'un personnage = une ligne :wink:])

_________________
"Qui trop embrasse mal étreint, qui mal étreint perd les pédales et qui perd les pédales se fout la gueule par terre". Pierre Dac


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 08 Jan 05 00:59 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 04 22:51
Message(s) : 54
Ils me semblaitt que les romanciers francais étaient payés au mot non?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Jan 05 12:46 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Jan 05 12:04
Message(s) : 13
Localisation : Carcassonne/Kyoto
Je connais aussi et j'ai beaucoup apprécié ansi que la parfaite lumière;par ailleurs je viens de lire tout les messages precedents et vous remercie pour les informations ^^

_________________
:butaconnection: "How often do I have to tell you? There is no Horseman,
never was a Horseman, and never will be a Horseman" :butaconnection:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Jan 05 15:35 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juin 03 21:40
Message(s) : 784
Localisation : De retour à Lyon, après Paris et Bordeaux
[quote="gnooooome"]Ils me semblaitt que les romanciers francais étaient payés au mot non?


il faudrait vérifier. Dans mon souvenir, c'était à la ligne, ce qui paraît tout de même plus simple pour le journal, et qui expliquerait, je le répète, l'abondance des dialogues rapides chez Dumas. Et de toute manière, avec des dialogues du genre:
"- Non?
- Si.
- Par exemple!
- Comme je vous le dis!" (Exemple purement théorique entièrement fait au hasard et à la main :lol:)
la différence entre les deux méthodes de calcul ne change pas grand chose. :mrgreen:

_________________
"Qui trop embrasse mal étreint, qui mal étreint perd les pédales et qui perd les pédales se fout la gueule par terre". Pierre Dac


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Jan 05 16:34 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Déc 03 23:03
Message(s) : 43
Localisation : Belgique Bruxelles (une fois )
Ca par exemple! le livre que je lis actuellement !!
je suis trop dedans pour l'instant, et je suis aux anges à apprendre qu'il y a une suite :p


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 02 Mars 05 12:55 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Fév 05 12:26
Message(s) : 14
Localisation : résidence cagliostro
Je voudrai savoir à quelle édition est sortit ce livre !
Je suis nouveau par ailleurs sur le forum et je suis sur que je passerai de très bon moments dessus car il traite en particulierdu studio Ghibli dont je suis très fan ... :youpi:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 02 Mars 05 14:50 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Mars 02 01:05
Message(s) : 2637
Localisation : Plus entre Pissevieille et Berrybouy (et oui, y'en a qu'ont de la chance dans la vie !)
Il est sorti en France chez "J'ai Lu", traduit par Leo Dilet.

Tome 1 : La pierre et le sabre
N° dans la collection : 5195
ISBN : 2290300543

Tome 2 : La parfaite lumière
N° dans la collection : 5392
ISBN : 2290307831

_________________
L'art est bref, la vie est longue. Et la lutte, finale.
[url=http://fnak.site.voila.fr/][img]http://img.photobucket.com/albums/v254/Maubec/bannieremaubec.gif[/img][/url]
08/08/05 : LONGUE VIE A L'ARME SUPER-SONIQUE AUSTRALIENNE, à l'ancien leader de l'Alliance Française du Dessous, au brouillard des steppes, au pêcheur du lointain, à l'empereur noir et au tueur de graines !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 03 Avr 05 03:33 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 04 22:51
Message(s) : 54
[quote="lupin the third"]Je voudrai savoir à quelle édition est sortit ce livre !
Je suis nouveau par ailleurs sur le forum et je suis sur que je passerai de très bon moments dessus car il traite en particulierdu studio Ghibli dont je suis très fan ... :youpi:


Ce livre n'a aucun rapport avec le studio ghibli.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 03 Avr 05 13:41 
Hors-ligne
Webmaster-Admin
Webmaster-Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Mars 02 17:10
Message(s) : 253
Localisation : Houilles
je crois qu'il parlait du forum!^^


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB