Retour sur le site
Nous sommes actuellement le 10 Juil 20 09:35

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 13 Oct 04 19:31 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur

Inscription : 26 Nov 02 23:57
Message(s) : 341
Localisation : Paname
Après avoir pris un délais de réflexion, Je me permets de poster un conte coréen, MAIS qui porte sur les Japonais (j’imagine déjà que certains m’accuseront de recyclage ^^).

Il me semblait intéressant de le mettre dans ce forum pour deux raisons. La première, c’est qu’il est rare de pouvoir lire des contes populaires prenant des personnages japonais sous un jour négatif. Il est donc toujours intéressant d’y jeter un œil. La seconde raison, c’est qu’à travers ce conte, on peut remarquer un regard populaire coréen sur les relations qu’ils ont pu avoir avec le Japon durant l’histoire. Bien entendu, il ne faut pas le limiter à cela. C’est simplement une manière de se glisser dans un autre point de vue sur l’histoire du Japon et des pays continentaux. J’accepte par avance que ce conte soit retiré du forum pour la raison valable qu’il ne colle pas tout à fait au cahier des charges de cette section.





[size=150]Le grand bonze Wonhyo et l'armée japonaise[/size] (Wonhyo tesa wa ilpon kun)



Ceci se passait sous le règne du roi Sinmun, dynastie de Sinla. Sur une haute colline dominant la mer de l'est, le grand bonze Wonhyo est absorbé dans une profonde méditation :

- « Si je ne fais rien, il y aura un grand massacre. Tuer des humains, ce n'est pas conforme à la volonté du Bouddha, mais laisser périr davantage d'humains, ce n'est pas non plus sa volonté. Eviter une tuerie, cela vaut mieux. »

Parvenu à cette pensée, le grand bonze Wonhyo pénètre dans le temple sous une caverne, et appelle le novice :

- « Hyopon, descends au village pour trouver cinq bouteilles à col étranglé ; apporte-les moi avant quatre heures de l'après-midi. »

Wznhyo se concentre, atteint l'état de zen (sin). Le temple est ensoleillé, le vent s'est calmé, le ciel est bleu. De temps à autre, Wonhyo jette un coup d'oeil au loin, sur la mer où les vagues scintillent sous la lumière dorée :

- « Enfin, les voilà ! »

A perte de vue, à l'horizon, il voit quelques points noirs qui approchent. Des dizaines de vaisseaux apparaissent. Ce sont des pirates japonais wcku. Partis de Tsushima, ils envahissent souvent les côtes est et ouest de Corée, pillent, incendient, massacrent. Depuis longtemps, le gouvernement se préoccupe de ces incursions. Il a formé des troupes de chevaliers, Hwalao, les a placées partout où les Japonais ont coutume d'aborder. Les Japonais, de leur côté, envoient des espions avant d'attaquer les villages. Lorsque l'armée de Sinla arrive, il est trop tard : les villages sont déjà pillés et incendiés. Le gouvernement de Sinla constitue aussi une marine, afin de contrarier les entreprises des pirates. Quelques années passent dans un calme relatif.

Voici de nouveau une grande armée de pirates Japonais : plus de cinquante mille hommes. Ils profitent de la situation interne de Sinla : une administration calée en belles-lettres et faible en art militaire. L'armée japonaise expédie d'abord des espions. Prévoyant l'arrivée des Japonais, Wznhyo décide de mettre à exécution son plan : tuer les Japonais, contre le gré du Bouddha, mais pour le bonheur du peuple de Sinla. Le grand bonze aligne les cinq bouteilles au col étranglé sur l'autel de la pagode ; il hisse ensuite sur le roc le plus haut le drapeau du généralissime de Sinla. Il joint les mains, en un geste pieux, devant le drapeau qui flotte au vent.

Ce sera mon dernier crime ! pense-t-il. Assis tout droit, il appelle le novice, lui demande d'aller accueillir les deux étrangers debout à l'entrée du village, occupés à se parler en japonais. L'apprenti-bonze descend, se cache, les observe.

- « Le drapeau du généralissime de Sinla est là-haut. Pour sûr qu'une grande armée de Sinla est cachée quelque part près d'ici ! Retournons ! »

- « Que diras-tu au général ? »

- « On dira qu'il y a une forte troupe de Sinla à l'intérieur des murailles de la place forte située derrière la falaise. »

- « Comment ? Si une troupe était campée près d'ici, il ne régnerait pas un si grand calme. On devrait trouver des traces. Vois les visages des villageois : sérénité totale. A mon avis, il n'y a pas de troupe du tout. Escaladons la montagne, afin de voir de près le drapeau. Il me semble qu'on nous a tendu un piège. »

Les deux Japonais commencent à grimper le sentier. A flanc de coteau, voilà qu'ils s'égarent. Ils cherchent partout, découvrent le novice.

- « Voulez-vous nous dire notre chemin ? »

- « Oui ! »

- « Bon ! Nous sommes des marins de Tonie, près de Pusan. Partis en voyage, nous avons perdu notre route. Veuillez-nous renseigner. »

- « Soit ! Mais où comptez-vous aller ? »

- « Dans la direction où flotte ce drapeau, là-haut. »

- « J'y vais, moi aussi. Suivez-moi ! »

Les Japonais demandent au novice des informations sur l'armée de Sinla, le plus naturellement possible. Le novice, ayant entendu toute leur conversation, fait semblant de ne pas savoir. Il leur déclare, qu'à sa connaissance, il n'y a pas de troupes dans la place forte. Les Japonais veulent alors rebrousser chemin. A cet instant, le grand bonze Wznhyo leur adresse la parole de loin, perché sur un roc :

- « Arrêtez, voyageurs ! Ne rebroussez pas chemin ! Pourquoi vous empressez-vous de repartir, après avoir pris la peine de venir jusqu'ici ? »

Les Japonais répondent avec embarras :

- « Maître, nous voulons repartir ; nous sommes pressés ; nous repasserons vous voir à la prochaine occasion. »

Wonhyo s'écrie encore plus fort :

- « Je serais triste de vous voir partir ainsi, après un si long voyage. Venez vite ! Hyopoq, conduis ces Messieurs au temple ! »

Les Japonais ne peuvent plus refuser, montent au temple, s'assoient devant le grand bonze, se prosternent. Le bonze dit :

- « D'où venez-vous, Messieurs ? »

- « D'une île, près d'ici. En fait, nous sommes... »

- « Alors, avez-vous vu des Japonais ? »

- « Japonais ? Non ! »

Ils regardent Wonhyo, craignant qu'il n'ait percé leur identité.

- « Vous n'avez pas vu de Japonais ? Vous ne vous voyez pas ? Qui êtes-vous sinon des Japonais ? »

Le grand bonze les gronde. D'un coup vif, l'un d'eux sort une dague, la braque sur le front du bonze. Mais celui-ci :

- « Sale type ! Du calme ! »

A ces mots, le Japonais tombe à terre sans force. Lui et son compagnon se prosternent, suppliant de garder la vie sauve. Le bonze ordonne au novice de lui apporter les bouteilles à étranglement.

- « Regardez attentivement. Si vous écoutez mes avis, votre vie, ainsi que celle de cinquante mille soldats japonais, sera sauve. Sinon, vous serez massacrés. »

Le bonze trace une ligne autour du col de deux bouteilles. En même temps, les deux espions sentent leur gorge s'étrangler. Une ligne apparaît autour de leur propre cou. Ils jettent des coups d'oeil aux bouteilles.

- « Vous voyez bien ! Si vous n'êtes pas obéissants, je couperai le col de ces bouteilles, et aussitôt, votre tête tombera à terre. »

- « Maître ! Pitié ! Nous avons péché ! Pardon ! »

- « Sûr ? Je vous laisse la vie sauve : mais il faut m'obéir ! »

Le grand bonze trace une ligne autour du col des trois autres bouteilles, les passe aux espions :

- « Je vous donne ceci. Dites à votre chef que s'il ne se retire pas cette nuit même, toute l'armée japonaise sera détruite. »

Les espions redescendent la falaise, racontent l'affaire en détail à leur chef :

- « Mon général, il y a, en Corée, un bonze divinement doué. Nous avons réussi à survivre à grande peine. Le bonze connaissait nos pensées. Avec ces bouteilles, il nous a dit qu'il était capable de détruire notre armée de cinquante mille hommes. »

Ils offrent les bouteilles au général, qui bleuit de colère :

- « Bêtises que tout cela ! Quelles absurdités voulez-vous me faire avaler avec ces bouteilles ? »

Le général dégaine son long sabre, décapite une bouteille. Aussitôt, il est décapité lui-même, par magie.
- « Ik ! Foudre ! » S’écrie-t-il en crevant.

Horrifiés, les Japonais fuient le camp, fichent le camp : c'est la panique

Quand on monte vers le temple Pomo, à Tonle, on trouve à flanc de coteau un pavillon érigé à la mémoire de Wonhyo. Devant, un rocher. C'est là qu'il avait dressé le drapeau du généralissime.




* Ce conte est tiré de l'ouvrage de Maurice Coyaud et JI Mieung Li, Contes et Légendes de Corée aux éditions P.A.F., 1990.




Fuse


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 13 Oct 04 22:09 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juin 03 21:40
Message(s) : 784
Localisation : De retour à Lyon, après Paris et Bordeaux
Mais il est très intéressant, ce conte. Et qu'il soit coréen n'est pas franchement embarrassant. C'est un point de vue décalé sur le Japon, un regard extérieur qui a toujours son intérêt. Ca ne fait que rappeler que ces deux pays ont des relations depuis longtemps, et qu'elles ont souvent été conflictuelles.

Pour moi ce conte fait un peu écho au roman de Yasushi Inoue Vents et vagues, que j'ai achevé récemment. Inoue y relate la tentative d'invasion du Japon, via la Corée, par Kubilai Khan. Il décrit cet épisode historique par l'oeil du gouvernement de Corée, alors vassale de la Chine et saignée à blanc par Kubilai pour mener à bien ses vues expansionniste sur l'archipel nippon. Dans ce conte, c'est l'opposé, les japonais s'en prennent à la Corée. Et aujourd'hui l'économie coréenne taille des croupières à celle du Japon. Les moyens changent, les dégâts sont d'une autre nature, mais les tensions persistent :wink:

_________________
"Qui trop embrasse mal étreint, qui mal étreint perd les pédales et qui perd les pédales se fout la gueule par terre". Pierre Dac


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB