Retour sur le site
Nous sommes actuellement le 15 Juil 20 13:27

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 17 Juil 04 19:00 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur

Inscription : 26 Nov 02 23:57
Message(s) : 341
Localisation : Paname
Un peu à l’image de cette histoire ([url]http://www.buta-connection.net/phpBB2/viewtopic.php?t=1701[/url]), je me permets de remettre de nouveau une légende intégrale, issue de la même source ancienne. Elle est bien étrange et bien plus simple à comprendre que la précédente.

J’espère qu’elle vous amusera autant qu’elle m’a amusé !

A+

Fuse




[size=150]Comment un individu qui allait vers la région de l'Est engendra un enfant en s'accouplant à une rave.[/size]




C'est maintenant du passé. Il y avait un individu qui, de la Capitale, descendait vers la région de l'Est. En quels province et district était-ce, on ne le sait, mais, tandis qu'il traversait un village, soudain, le désir de la luxure s'éleva en lui avec vigueur et il se sentit comme enragé de la féminine affaire, si bien que difficile était de calmer son coeur et qu'il se sentait en proie au tourment, quand, dans une haie qu'il y avait au bord de la grand-route, il vit que la chose qu'on appelle le vert légume foisonnait très haute et vigoureuse.

Comme c'étaient les alentours du dixième mois, les racines des raves étaient grosses. Cet homme, à l'instant, descendit de cheval, entra dans la haie, arracha une grosse racine de rave et la prit, la creusa et, s'accouplant à son trou, y satisfit sa luxure. Puis aussitôt, lançant la rave dans la haie, il passa son chemin.

Après cela, le maître du champ, afin d'arracher les verts légumes, en compagnie de plusieurs servantes et, aussi, en compagnie de jeunes fillettes, s'en vint au champ; sur quoi, tandis qu'ils arrachaient les verts légumes, il y eut une fillette d'environ quatorze ou quinze ans d'âge, qui n'avait point encore été touchée par l'homme : tandis qu'elle arrachait les verts légumes, elle s'amusa à marcher autour de la haie. Lors, trouvant la rave que cet homme y avait jetée, elle dit quelque chose comme :

- « Il y a ici une rave où l'on a creusé un trou. Qu'est-ce donc que cela ? »

Un certain temps durant, elle s'en amusa et puis, la déchiquetant, elle la mangea, qui était déjà flétrie. Là-dessus, en compagnie de tous les suivants, on s'en retourna à la maison.
Comme, après cela, cette fillette avait, sans qu'il y eût de pourquoi, un air accablé, ne mangeait aucune chose et ne se sentait pas dans son état ordinaire, son père et sa mère, disant :

- « Qu'arrive t’il donc ? » menaient grand bruit.

Et voici qu'après avoir passé quelques mois, il devint évident qu'elle était grosse. Comme le père et la mère, saisis d'une grande consternation, lui demandaient avec insistance :

- « Quelle action as-tu faite ? »

La fillette dit :

- « Ce n'est aucunement arrivé que je m'approche d'un homme. Il y a seulement eu cette chose étrange : tel jour, trouvant une rave qui était de telle sorte, je la mangeai. A dater de ce jour, je me sentis dans un état différent, et je suis devenue comme celai »

Elle eut beau dire, le père et la mère, à cause que c'était une chose qu'ils ne pouvaient comprendre, ne se demandèrent nullement de quelle affaire il s'agissait et poursuivirent leur enquête, mais les suivants de la maison, eux aussi, de dire :

- « Il n'a aucunement été vu qu'elle se soit approchée d'un homme. »

Là-dessus, dans la consternation, tandis qu'ils passaient les mois, voici que les mois étant accomplis, elle mit paisiblement au monde un très mignon petit garçon.

Après cela, vu que c'était une chose à laquelle il ne servait à rien de redire, le père et la mère vivaient en élevant cet enfant, lorsque cet homme qui était descendu vers l'Est, ayant été durant quelques années dans la province, remonta à la Capitale et, tandis qu'il y rentrait en compagnie de nombreuses personnes, passa par le lieu où se trouvait ce champ. Lors, de nouveau, ainsi qu'auparavant, à cause que c'étaient les alentours du dixième mois, le père et la mère de cette fillette, afin d'arracher les verts légumes de ce champ, étaient au champ en compagnie de leurs suivants. A ce moment, cet homme, qui passait près de la haie, alors qu'il parlait de choses avec quelqu'un, dit d'une voix très haute ce qui suit :

- « Ah, une année, comme je descendais vers la province, je passai par ici! Il me vint de la vulve un désir sans remède et comme il m'était difficile de le surmonter, j'entrai dans cette haie, je pris une rave déjà grosse, j'y creusai un trou et m'accouplai à ce dernier; puis, quand j'eus satisfait mon vouloir, je jetai la rave dans cette haie. »

La mère, au-dedans de la haie, entendit en toute certitude ces mots qu'il venait de dire. Alors, se souvenant de la chose que sa fille avait dite, saisie d'un soupçon, elle sortit de la haie et demanda :

- « Comment ? Comment ? »

Sur quoi l'homme, à l'idée qu'elle disait cela pour lui faire reproche de ce qu'il avouait avoir volé cette rave, dit :

- « C'était une plaisanterie » et ne fit que s'enfuir et s'enfuir.

Là-dessus, la mère :

- «A cause qu'il y a des faits d'une extrême importance, il est une chose que je voudrais sans faute entendre de votre bouche. Messire, daignez parler ! »

Comme elle disait cela en ne faisant que pleurer, l'homme pensa qu'il devait s'agir d'une chose ayant sa raison :

- « Ce n'est pas là une affaire qu'il y ait lieu de cacher. Et puis ce n'est pas non plus un grave crime de ma part. Il y a seulement qu'à cause que je suis une personne du vulgaire, il s'est passé telle et telle choses. C'est ce dont, à l'occasion de la conversation, je parlais »

Alors la mère, entendant cela, laissa couler des larmes et, pleurant, entraînant l'homme, elle le mena à sa maison. Sur quoi l'homme, bien qu'il ne comprît pas ce qu'elle voulait dire, mais à cause qu'elle lui parlait avec force, s'en fut avec elle à sa maison.

A ce moment, la femme :

- « C'est qu'en vérité, parce qu'il s'est passé telle et telle choses, je voudrais vous comparer avec cet enfant. »

Elle dit, amena l'enfant au-dehors et, à regarder, voici que ce dernier, sans qu'il y eût le moindre endroit qui différât, ressemblait à cet homme. A ce moment, l'homme, lui aussi, saisi d'émotion :

- « Ainsi donc, il existait de semblables effets d'une existence vécue jadis! En cette affaire, comment dois-je agir ? » dit-il.

Alors la femme :

- « De toute façon, maintenant, ce ne peut être que selon votre sentiment. »

Elle dit, appela la mère de l'enfant et la fit voir à cet homme : or, quoique de la gent inférieure, elle était d'une beauté de très fraîche apparence. L'âge de cette fille était d'environ vingt ans. Et l'enfant, lui aussi, qui avait environ cinq ou six ans, était un petit garçon très mignon. L'homme, en les voyant, pensa ainsi :

- « Moi, une fois que je serai rentré à la Capitale, je n'y aurai point particulièrement mon père ni ma mère, ni de proches parents, ni de gens sur qui m'appuyer. Mais voici qu'il existe de tels effets d'une existence vécue jadis. Il ne me reste qu'à demeurer ici avec celle-ci pour épouse. »

Telle fut la résolution que, profondément, il prit et, faisant sans tarder de cette fille son épouse, il vécut en cet endroit.

C'est là une étrange histoire. Donc, encore qu'homme et femme ne se fussent point accouplés, à cause que la semence était entrée à l'intérieur du corps, cette fille avait, comme cela, mis au monde un enfant. Ainsi dit-on qu'il a été rapporté.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 18 Juil 04 01:16 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Mars 02 01:05
Message(s) : 2637
Localisation : Plus entre Pissevieille et Berrybouy (et oui, y'en a qu'ont de la chance dans la vie !)
Et moi qui croyait que les bébés, ça se faisait avec une graine que le papa donnait aux abeilles...

Faudra quand même qu'on m'explique comment elle a mangé la rave, cette fille ! :lol:

Ce qui m'épate, c'est que l'homme finalement accepte de rester avec elle et l'enfant.
Je m'attendait pas à une fin aussi heureuse (je pense que c'est moi qui voit le mal partout finalement)

_________________
L'art est bref, la vie est longue. Et la lutte, finale.
[url=http://fnak.site.voila.fr/][img]http://img.photobucket.com/albums/v254/Maubec/bannieremaubec.gif[/img][/url]
08/08/05 : LONGUE VIE A L'ARME SUPER-SONIQUE AUSTRALIENNE, à l'ancien leader de l'Alliance Française du Dessous, au brouillard des steppes, au pêcheur du lointain, à l'empereur noir et au tueur de graines !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 18 Juil 04 20:08 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Juin 03 20:37
Message(s) : 2343
Localisation : Siège de la LKR, Service FIM
Alors celle-là elle est vraiment bizarre ! 8O
Merci Fuse :lol:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB