Retour sur le site
Nous sommes actuellement le 15 Juil 20 14:50

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 28 Avr 04 18:04 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur

Inscription : 26 Nov 02 23:57
Message(s) : 341
Localisation : Paname
Voila une petite histoire qui serait digne d'être adaptée en film ou même par les Studios Ghibli ^^ N'hésitez pas à donner votre avis sur la question !


[size=150]Fille octroyée par les démons (Kijin ni sazukatta musume)[/size]



Il était une fois …, quelque part au Japon, un vieux couple qui vivait sans enfant. À cause de cette absence, ils étaient très malheureux et ne cessaient de supplier les divinités pour obtenir un bébé. À force de désespoir, ils allèrent un jour, prier sur un autel d’une divinité démon (kijin) du village pour leur accorder un enfant. Peine perdue semblait-il, car aucune réaction ne ce fit.

Mais, vingt et un jours plus tard, le démon ogre leur apparut en beau milieu de la nuit. Apeuré par cette apparition, le vieux couple essaya de se blottir l’un contre l’autre, croyant leur dernière heure venue. Mais au lieu de cela, le démon les regarda et commença à leur parler, d’une voix rauque et lancinante.

- « Vous avez sollicité mon aide sur mon autel pour obtenir un enfant. Il est en mon pouvoir de vous accorder une fille. Mais, en échange, il faudra me la rendre dès qu’elle aura atteint treize ans. Sommes-nous d'accord ? »

Les vieux se regardèrent tout d’eux interloqués par le discours et la proposition du démon. Ils parlèrent à voix basse et réfléchirent quelques minutes. La grand-mère dit, les yeux déjà pleins de larmes.

- « Treize ans ! C’est toujours ça de pris ! Nous avons essayé en vain depuis des années, et par tous les moyens, sans jamais rien obtenir ! »

Le vieil homme, regardant l’espoir mêlé à la détresse, sur le visage de son épouse, acquiesça. Ils se retournèrent tous deux, face au démon, et acceptèrent sa proposition. Le démon leur fit répéter cette promesse et repartit dans un nuage de fumée. Quand celle-ci se fut dissipée, il y avait à terre un petit baluchon. À l’intérieur, se trouvait un merveilleux petit bébé aux yeux déjà espiègles. Éclatant en sanglots, le vieux couple serra contre eux, le cadeau du démon.

Le bébé ne manqua jamais de rien, malgré la vie modeste du couple. Ils se sacrifièrent autant qu’ils le purent pour son bien-être. Il était leur cadeau, aussi précieux qu’un papillon ou une fleur merveilleuse. Les mois passèrent, puis les années. Elle grandit vite. Elle eut un an, puis deux, cinq, et aller déjà atteindre les treize ans. Le temps défilait sans qu’ils se rendent compte. Se souvenant alors de leur promesse à la divinité ogre, le couple prit la décision de tout dire à leur fille. Un soir, elle apprit la vérité.

« Tu auras treize ans dans quelques mois, et cela nous brise le cœur » dit sa vieille mère. « Il va falloir qu’on te rende aux démons-ogres comme nous l’avions promis. Durant toutes ces années, nous n’avons trouvé aucun moyen d’échapper à cette promesse. »

Tous trois versèrent de grosses larmes et pleurèrent ensemble pendant un long moment. La jeune fille, accepta son sort et se prépara donc pour partir le jour de ses treize ans. Les quelques mois d’attente furent longs et tristes pour toute la petite famille. Même l’anniversaire ne fut pas l’objet de réjouissances. Mais, pourtant, l’inévitable arriva. Le valet des ogres frappa à la porte le soir des treize ans de la jeune fille. Celle-ci, déjà prête, fit de longs adieux à ses parents adoptifs. Alors qu’elle allait suivre le valet-ogre, le vieil homme l’appela et lui mit un petit paquet dans les mains.

« Voila notre seul trésor familial. Il s’agit d’un petit flacon magique rempli de saké. J’espère qu’il te sera utile »

La jeune fille, en larme, refusait de prendre un tel présent. Mais le valet des ogres, les yeux brillants sur l’objet, lui fit accepter le flacon, malgré ses protestations. Pressant la jeune fille de le suivre avec le présent, l’ogre, se dirigea vers l’extérieur. La jeune fille, la mort dans l’âme, le suivait, pleurant en silence. Le voyage, de plusieurs jours, les mena vers des lieux sombres et désolés. Soumise à son sort, la jeune fille n’éprouvait même pas de peur. Puis, ils arrivèrent vers une sorte de regroupements de cabanes grossières, serrées les unes contre les autres, comme pour se protéger du reste du monde.

S’approchant des vieilles baraques en bois, le valet s’arrêta devant l’une d’entre elles. Il fit lança grondement. Des bruits sourds se firent entendre à l’intérieur de la cahute. La porte s’ouvrit et un visage difforme d’un ogre apparut. La jeune fille fit un pas en arrière, surprise et apeurée. Les yeux de l’ogresse se fixèrent un long moment sur la jeune fille, la regardant, des pieds à la tête.

« Eh bien ! Te revoilà ! Tu as grandi ! Dépêche-toi de rentrer ! »

Tandis que la jeune fille rentrait par de petits pas, trahissant sa peur, le valet chuchota quelques grondements à l’ogresse. Un sourire de satisfaction apparue sur son visage. L’endroit, plongé dans l’obscurité, semblait abandonné et délabré au possible. La jeune demoiselle sentit son cœur se serrer en pensant qu’elle devrait vivre ici, tout le reste de sa vie.

- « Pour fêter ton retour à la maison, nous allons organiser une beuverie ! » dit l’ogresse. « Valet ! Va prévenir tous les ogres alentour ! »

Celui-ci, trop heureux de la perceptive d’une fête, failli tomber à plusieurs reprises sur le chemin. L’ogresse se retourna alors vers la jeune demoiselle.

- « Nous t’avions confiée à notre divinité pour t’élever et te nourrir. Désormais de retour, tu nous serviras de servante jusqu'au moment où un ogre sera prêt à payer pour t’épouser ! Allez ! Prépare-toi à recevoir mes amis et ranges cette maison ! » dit l’ogresse avec une voix forte et sévère.

La jeune fille s’exécuta, en silence et, le soir venu, les ogres rappliquèrent de partout. Ils montrèrent bruyamment leur contentement devant la beauté de la jeune fille. Quand les derniers invités furent arrivés, l’ogresse prit la parole.

- « Cette fille, revient du monde des humains pour nous servir. Et, de plus elle n’est pas venue sans rien. Elle nous a même amené un cadeau ! »

Avant même que la jeune fille n’ouvrît la bouche pour protester, les doigts de l’ogresse plongeaient dans son baluchon et en ressortaient avec le petit parquet. Arrachant le papier qui l’entourait, la petite bouteille se montra sous les acclamations des ogres. L’ogresse prit alors une grosse bouilloire et y versa le contenu du flacon. Mais, même la bouilloire remplie, la petite bouteille restait pleine de sake. Elle remplit alors un autre pot … puis encore un autre … puis un autre …et encore plusieurs autres. Le flacon restait toujours plein. Les ogres dire à l’ogresse.

« Voilà un cadeau bien utile et précieux ! »

Ils se jetèrent tous sur les bouilloires et se mirent à boire avec des gloussements. Ils continuèrent à s'abreuver ainsi pendant de longues heures. Dès qu’une bouilloire était vide, la petite bouteille était là pour la remplir. On apporta des poissons, puis des crânes, des tibias, des radius et cubitus. Ils burent, tout en grignotant ces amuse gueule. Ils chantèrent, dansèrent, s'enivrèrent, roulèrent par terre, complètement saouls.

La fille observait le spectacle à la dérobée, dans une petite pièce qu’on lui avait donnée comme chambre. Pensant trouver là une bonne occasion de se sauver, elle attendit le bon moment. Un peu avant l'aube, tous les ogres dormaient très profondément, enivrés et repus. Elle se faufila et sortit de la cabane. Dehors, elle courut au hasard, le plus important était de quitter cet endroit. Après quelques heures de fuite, et à bout de souffle, la jeune fille parvint à distinguer une cabane éclairée. S’approchant doucement, elle regarda prudemment par la petite fenêtre crasseuse. Une vieille dame, accroupie, semblait attendre ou dormir. La jeune fille respira profondément et se décida à frapper à la porte.

« Bonsoir grand-mère, je voudrais vous demander l'hospitalité, je suis en fuite et je n’ai plus la force de continuer. ».

La vieille femme, sourit tristement au discours de la jeune fille.

« Jeune fille, vous êtes dans le malheur ! Mes fils sont des ogres. Ils ne vont pas tarder à revenir d’une fête. Mais, je veux bien vous accorder le gîte. Cachez-vous ici, dans ce coffre et mettez mes vêtements pour couvrir votre odeur. Prenez aussi ce gros sac de pois grillés. Si mon mari ou mes fils vous découvrent, jetez-leur de ces pois. Ils ne peuvent pas résister à l’envie de les manger. »

Les yeux en larme, la jeune fille remercia la vieille dame pour sa gentillesse. Habillée de guenilles, elle se cacha dans le coffre et s’endormit rapidement. En pleine nuit, la jeune fille entendit un vacarme infernal qui la réveilla. C'était le retour des ogres. Dès qu’ils ouvrirent la porte, ils humèrent et flairèrent.

« Tiens, il y a une odeur nouvelle ici. Ça sent la chair fraîche ! »

Ils s'avancèrent vers le salon tout en reniflant, à grand renfort de bruits.

« Maman ! maman ! Ça sent la chair fraîche. Un être humain est caché ici ! »

La vieille répondit par la négative. Mais, les deux ogres commencèrent à fouiller la maison. La vieille dame s’assit alors sur le coffre et attendit que les ogres aillent fouiller dans la pièce d’à côté. Dès ce moment, elle ouvrit rapidement le coffre, et désigna en silence la porte de derrière. La fille prit la fuite. Mais, les ogres avaient l’ouïe fine et entendirent ses pas précipités. Ils la poursuivirent. Juste au moment où ils allaient la rattraper, elle se souvint du don de la vieille, et leur lança des pois croustillants et ceci, à trois reprises. À chaque fois, les ogres s'arrêtaient pour ramasser les pois, et ainsi, la jeune fille réussit à les distancer.

Désespérée et fatiguée, la jeune fille arriva alors devant une autre cabane. Elle regarda à l’intérieur. La cabane était encore habitée par une vieille dame.

Après s’être présentée et expliquait son histoire, elle la supplia pour un peu d’aide. La vieille dame, malgré sa gentillesse, vivait déjà à la limite de la pauvreté. La jeune fille demanda alors.

« Peut-être pourriez-vous m'employer à quelque tâche ? »

La vieille réfléchit un certain temps, examinant le visage triste et apeuré de la jeune fille. On la distinguait à peine, sous ses guenilles, ses cheveux pleins de boue et son visage où se mélangeaient la sueur et la poussière.

- « Peut-être. J'ai ouï-dire qu'on avait besoin d'une servante, dans la résidence du riche seigneur, pas très loin d’ici. Je vais aller poser la question. Peut-être voudra-t-il bien de toi ! Mais, pendant ce temps là, repose toi ici et mange un peu, tu as l’air très fatiguée ! »

La vieille dame était à peine sortie de chez-elle, que déjà la jeune fille s’endormait, emportée par le trop-plein d’émotions. Après quelques heures de sommeil, la grand-mère réveilla doucement la jeune fille.

« Je reviens de la maison du Seigneur, il cherche effectivement quelqu’un. Mais, en chemin, j’ai vu des ogres qui semblaient chercher quelqu’un ou quelque chose. Il vaut donc mieux que tu restes déguisée en vieille femme pour ta sécurité. Suis moi, nous y allons tout de suite ! »

Elle lui donna un petit fichu, pour lui cacher un peu le visage. Ainsi vêtue et grimée, la jeune fille suivit la vieille femme en direction de la demeure du seigneur. De loin, on aurait deux grand-mères qui marchaient ensemble, le dos courbé et la démarche tremblante. Dès son arrivée au château, la jeune fille fut mise au travail. Une foule de domestiques était déjà employée par le Seigneur à divers travaux.

Suivant les conseils de la vieille dame, la jeune fille ne quitta pas son costume. Pour tout le monde, elle n’était qu’une vieille malpropre. On lui donna un coin de l'office sur une litière, un peu à l’écart des autres, à cause de l’odeur. Elle était séparée par une cloison de bambous nains. Les jours passèrent ainsi. La vieille dame vint lui rendre parfois visite et discuter un peu avec elle. Pour la réconforter, elle lui donna des accessoires d’écritures et de petits livres pour s’instruire. Ainsi, en pleine nuit et clandestinement, la jeune fille, allumait une lanterne sourde, et étudiait de toute son énergie. Le jour, fatiguée, elle vaquait aux tâches domestiques ou sortait faire des achats de nourriture.

Un soir, très tard et alors que toute la maison dormait, elle partit se laver, comme à chaque fois. Revenue du bain, elle ne remit pas tout de suite ses haillons et préféra commencer à étudier. En pleine nuit, le fils de la maison voulut aller faire faire pipi. Ceci fait, il sortit quelques instants dans le petit parc intérieur pour se détendre. Il remarqua alors la petite lueur d’une lampe, vers le lieu où dorment les serviteurs. Curieux, il s’approcha doucement de la lueur et reconnut l’endroit de la vieille souillon. Arrivé devant la cloison, il écarta un peu les tiges de bambou pour voir si celle-ci n’avait pas un problème. Quelle ne fût pas sa surprise ! Au lieu d'une vieille malpropre, il vit une superbe jeune fille en train d'écrire et d'étudier de toutes ses forces. Ébahi, le jeune homme tomba par terre, frappé d'ahurissement. Ainsi immobile, le jeune homme resta tout le reste de la nuit dehors. Le lendemain matin, tout le château fut en effervescence. Le jeune héritier avait été retrouvé inanimé dans le parc par un des serviteurs de la maison. Le Seigneur manda médecins et guérisseurs. Son seul héritier était malade et la chose était très grave.

Mais, rien n'y fit, il ne guérit pas malgré les remèdes. Il ne mangeait plus et maigrit horriblement, sans pouvoir parler. Le Seigneur promit de grosses récompenses pour soigner son fils. Quelques jours plus tard, un devin itinérant, fit halte dans un village proche du château. Dans une auberge, il entendit cette tragédie et proposa son aide au Seigneur. Le devin pratiquait la divination par les huit critères. Le Seigneur accepta et le remercia.

« Pour guérir ce mal, il faut que chaque jour, un habitant de cette demeure lui apporte un plateau de nourriture » dit-il en exerçant son art.

Le prenant au mot, le Seigneur exigea que chaque membre de la maisonnée apportât donc, à tour de rôle, un plateau au malade. Mais, ce fut sans succès. Il refusait toujours la nourriture et ne parlait pas. Il semblait déjà plus proche de la mort que de la vie. Le devin sembla contrarié et déçu.

« Etes-vous sûr d’avoir bien envoyé tous les êtres de cette résidence porter le plateau au jeune seigneur ? »

On chercha, on rassembla tout le monde et posa à chacun la question. Le Seigneur finit par découvrir qu’une vieille malpropre, qui aidait à la cuisine, avait été ‘oubliée’, par hygiène. Le Seigneur ordonna qu’on amenât cette souillon devant le jeune malade. Mais, le maître de maison répondit.

« Seigneur, c’est une personne très sale. Elle pourrait contaminer le jeune seigneur et le faire mourir ! »

Mais devant l’insistance de son maître, il fit donner des ordres en ce sens. La jeune fille déguisée, arriva donc devant la chambre du jeune homme, un plateau de nourriture dans les mains. À peine rentrée dans la pièce, celui-ci sembla la reconnaître alors qu’elle s’asseyait auprès de lui pour lui donner à manger. Il ne la quitta pas des yeux et ouvrit même la bouche pour accepter la nourriture qu’elle lui proposait. Le Seigneur eu les larmes aux yeux de voir son fils de nouveau accepter la nourriture. Il mangeait enfin ! La vieille souillon n’eut plus d’autres tâches que de s’occuper seule du jeune homme. Et, au bout de cinq ou six jours, il semblait déjà guéri. Il retrouva même la parole. Mais leurs regards suffirent, pour refléter les sentiments que chacun, éprouvait pour l’autre.

Le Seigneur remercia alors sans réserve la souillon.

« Tu es la bienfaitrice de mon fils. Tu lui as sauvé la vie et celle de ma maison ! »

Le Seigneur, malgré les protestations de la souillon, demanda qu’on l’habille des plus beaux habits. Et, organisa une cérémonie en son honneur pour la remercier. On lui fit ôter ses guenilles, et des serviteurs virent la laver puis l’habiller de somptueux vêtements. À la surprise générale, une magnifique jeune fille apparut. Celle-ci raconta alors son histoire et ses fuites successives. Emu et heureux à la fois, le Seigneur, en eut le souffle coupé. Et, ayant remarqué, lui aussi, les regards que se portaient les deux jeunes gens, il proposa un mariage entre son fils et la jeune fille. Ceux-ci, tout émus et heureux acceptèrent en cœur la proposition. La cérémonie fut célébrée dans les plus brefs délais.

Le vieux couple, de son côté, était toujours inconsolable du départ de leur fille de treize ans. Et, malgré les années, ils ne l’oublièrent jamais. Sept ans passèrent et toujours pas de nouvelles de leur fille. Un jour, quel ne fut pas leur ébahissement, lorsqu’ils la virent arriver sur un superbe cheval, et accompagnée de son nouvel époux. Des larmes de joies apparurent sur tous les visages et la jeune fille raconta longuement toute son histoire à ses parents adoptifs.


Dernière édition par Fuse le 28 Avr 04 20:51, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 28 Avr 04 18:56 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Juin 03 20:37
Message(s) : 2343
Localisation : Siège de la LKR, Service FIM
merci Fuse ! ;)
c'est vrai que ça ferait un bon film d'animation...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 28 Avr 04 19:42 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juin 02 13:41
Message(s) : 907
Localisation : sur une planche de surf
ouai, merci pour cette longue histoire.
mmm, je trouve que ca fait très conte "occidental". Il y a un peut de petit poucet et Cie. (je vait pas dire ca fait disney :D ). Les ogres sont terribles, a ripailler comme des viking) .

merci encore, pour ce temps passé a l'écrire.

_________________
Si un cochon te raconte des mensonges a 4h du matin, le porc te ment tôt .


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 28 Avr 04 20:43 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Mars 02 07:18
Message(s) : 700
Localisation : le Sud :P
Super cette histoire ^^ elle a du te demander beaucoup de temps ^^


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 29 Avr 04 15:48 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 18 Mars 02 07:54
Message(s) : 818
Localisation : Angers
Excellente histoire, pour sur ! Chapeau Fuse !

Je me pose quelques questions sur les ogres, car finalement la jeune fille de l'histoire devrait elle même en être une non ? Il y a aussi une femme qui l'accueille et dont les enfants sont des ogres alors qu'elle même parait très serviable. Fuse si tu as quelques indices...

Je me demande si certains éléments de cette histoire (quii est une histoire du répertoire traditionel japonais je suppose) n'ont pas inspiré Miyazaki pour le film qu'il réalise en ce moment.

Amitiés

_________________
Gildas
[url=http://gildas.jaffrennou.free.fr/index2.htm][img]http://gildas.jaffrennou.free.fr/images/banniere_buta2.jpg[/img][/url]
"Elle est de ceux dont le regard est tourné vers le lointain."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 30 Avr 04 22:43 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Juin 03 12:30
Message(s) : 155
Localisation : Par ici, ou bien par là...
Comment c'est bon de lire a nouveaux des formidables contes comme celui la...
encore Merci

_________________
<b>"Ne fais pas aux truies ce que tu ne voudrais pas qu'on te fis!"<b>
[img]http://laurent.janody.free.fr/Gif%20anim%e9s/Totoro/totoro05.gif[/img]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Août 10 12:30 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Mai 09 15:06
Message(s) : 32
Je déterre un vieux sujet, mais je suis en train de dévorer tous ces contes et légendes...

[quote="Gildas"]Je me pose quelques questions sur les ogres, car finalement la jeune fille de l'histoire devrait elle même en être une non ? Il y a aussi une femme qui l'accueille et dont les enfants sont des ogres alors qu'elle même parait très serviable. Fuse si tu as quelques indices...


Pour moi, la jeune fille est une humaine même si c'est une ogresse qui en a fait cadeau. Et quant à la première grand-mère, m'est avis qu'elle a subit le même sort que ce qui lui était réservé : une humaine, servante, a été donné en mariage à un ogre..

[quote="Gildas"]Je me demande si certains éléments de cette histoire (quii est une histoire du répertoire traditionel japonais je suppose) n'ont pas inspiré Miyazaki pour le film qu'il réalise en ce moment.

A l'époque c'était le Chateau Ambulant, non ?
En quoi il s'en serait inspiré ?


J'en profite au passage pour remercier tous les conteurs et connaisseurs de la civilisation japonaise et de leurs us et coutumes, de nous faire partager leur savoir.
J'en ferais de même si je disposais d'autant de connaissance. Malheureusement, je suis plus que débutante dans ce sujet...
Ce conte est très beau, et fini bien contrairement à d'autres que j'ai lu sur Buta... C'est vrai qu'il fait un peu occidental dans la fuite de la jeune fille.

Se cacher en souillon et servir le fils malade du seigneur me fait penser à Peau d'Ane !


A quand un nouveau post dans cette rubrique merveilleuse qui tombe malheureusement en désuétude faute de lecteurs.. ?

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Mars 12 15:33 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Fév 12 12:32
Message(s) : 34
Nouvelle exhumation de ce conte !

[quote="Mei-Li"]
A l'époque c'était le Chateau Ambulant, non ?
En quoi il s'en serait inspiré ?


La "transformation" en vieille femme de la jeune fille ne te fait-elle donc pas penser à Sophie ? Certes, ce n'est pas d'origine magique, mais au vu de la description...
De plus, c'est, comme pour Sophie, l'amour qui l'a délivrée. Ce motif fait par ailleurs très occidental.

Petit comment : bien joué Fuse, pour avoir écrit / traduit / retranscrit cette histoire !! (je mets les trois au cas où :spamafote: )

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 04 Juin 12 09:45 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Fév 12 18:02
Message(s) : 110
Localisation : Paris
Bravo!!et merci!j'aime beaucoup les contes!ça me rappelle avec ma tante qui est conteuse quand je l'accompagnais au violoncelle..d'ailleurs si je me souviens bien elle en avait des japonais..je ne sais plus je vais lui demander..sinon fuse,ça te dérangerai si je prends ce conte que tu as trouvé pour le lui montrer et qu'elle le conte?je crois qu'elle ne le connaît pas celui-là..merci:-)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 04 Juin 12 10:41 
Hors-ligne
Webmaster-Admin
Webmaster-Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Avr 03 23:21
Message(s) : 2701
Localisation : En train de preparer un plan contre la FNAK!
Fuse n'est plus sur ce forum depuis facilement 7 ou 8 ans! :wink: Suffit de regarder les dates du topic! Après je pense que tu peux utiliser le texte!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 04 Juin 12 10:47 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Fév 12 18:02
Message(s) : 110
Localisation : Paris
Merci ceïba:-)j'ai vu que ça faisait longtemps mais par contre je ne savais pas qu'il n'était plus là..merci et dommage c'était très intéressant ce qu'il postait..ok je vais alors en parler à ma tante:-)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB