Retour sur le site
Nous sommes actuellement le 15 Juil 20 14:18

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 25 Jan 04 22:00 
Hors-ligne
Webmaster-Admin
Webmaster-Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Avr 03 23:21
Message(s) : 2701
Localisation : En train de preparer un plan contre la FNAK!
Le conte suivant est librement adapté des Figures Infernales écrit par Ryûnosuke Akutagawa. On peut le retrouver dans le recueil : Rashômon et autres contes, éditions Folio.
Brève présentation de l’auteur :
Akugatawa est né à Tokyo, en 1892, et fut recueilli par la famille de sa mère, devenue folle. Il grandit dans un univers traditionnel, et se passionna pour la littérature. A 9 ans, il connaissait tous les classiques de la Chine et du Japon, et au lycée il excella en Kanbun ( « classique sino-japonais"). Il se mit à découvrir la littérature occidentale (Ibsen, Mérimée, Baudelaire ,…). Il publie sa première nouvelle « Vieillesse » en 1914. Il en publiera jusqu’en 1927, annèe où il se donne la mort en ingérant du cyanure.
Son ambition était de réussir la fusion entre le Japon et le monde occidental, dans un souci permanent de perfection, presque obsessionnel. Il faut recontexter cette période où les uns se lançaient dans l’occidentalisation et le modernisme, les autres se réfugiant dans l’archaïsme nostalgique. Akutagawa arrive après les « Naturalistes » (Shiga Naoya, Nagai Kafû,…). Il veut inventer une nouvelle voie en exprimant ses angoisses personnelles et modernes, tout en s’inspirant de récits japonais médiévaux.
Au fur et à mesure, l’écrivain se mit à avoir des visions et sombra peu à peu dans la folie, tant redoutée au vu de son histoire personnelle. Dans une dernière prise de distance vis-à-vis de la folie collective qui allait emporter ses contemporains, il préféra mettre fin à ses jours, en laissant ses derniers mots : « Vague inquiétude ».
Voilà donc son conte : Les Figures Infernales, un conte illustrant à merveille le style d’Akutagawa.







Le seigneur de Horikawa était connu pour sa bravoure et sa grande vertu. Sa vie abonde en anecdotes diverses et variées , pourtant une fois dans sa vie, ce grand seigneur fit un acte terrible…


A son service était le peintre Yoshihide. Tout le monde s’extasiait devant la maîtrise de ses couleurs et le beauté de ses dessins. Cependant personne ne semblait l’apprécier. Tout en lui semblait vulgaire, on le disait impulsif, colérique, orgueilleux. On le surnommait Saruhide , « Hide » signifiant Singe. Le fils du Seigneur avait même appelé son petit singe Yoshihide. Mais l’artiste ne s’en offusquait guère, se glorifiant partout d’être « le premier peintre de tous les temps ». Pourtant, malgré la réussite de ses peintures, celles ci semblaient toujours lugubres, malsaines. On racontait que la nuit, de sa peinture du Cycle des Naissances et de la Mort sortaient des cris de plainte des habitants du ciel, et que l’on sentait même la puanteur des cadavres en décomposition. Yoshihide se complaisait dans la laideur…
Mais le peintre avait un bien précieux : sa délicieuse et unique fille. Elle était la demoiselle d’honneur du Seigneur et servait avec douceur et discrétion sa demeure. Tout le monde l’aimait. On raconte qu’un jour, elle sauva le petit singe d’une mort certaine, en prenant sa défense auprès du jeune prince et du seigneur,suite à une énième bêtise de l'animal. En fait, elle l’avait protégé car le singe portait le même nom que son père. Le seigneur fut ému devant tant de respect et d’amour filial et ne punît pas l'animal.
Mais son père se désespérait, sa fille lui manquait plus que tout et il demandait souvent au Seigneur de laisser sa fille partir de son service. Yoshihide voulait sa fille pour lui seul et ne cessait donc de se lamenter. Mais le Seigneur ne céda jamais, sans doute pour protéger la jeune servante de ce père si sinistre. De mauvaises langues racontent également que Horikawa s’était amouraché de sa demoiselle d'honneur, et voulait donc la garder près de lui. Mais rien ne prouve de telles allégations...


Un jour, le seigneur passa commande auprès de Yoshihide d’un paravent représentant les Figures Infernales. Pendant cinq ou six mois, Yoshihide s’attela entièrement à la tâche, oubliant jusqu’à l’existence de sa fille. De mauvaises langues racontèrent même qu’un renard s’était emparé de son esprit. Il était en proie à toutes sortes de visions et de cauchemars et exigeait de ses assistants des sacrifices inouïs. Un jour, il demanda à l'un de ses disciples de se mettre nu. Puis il se jeta sur lui et le ligota avec de lourdes chaînes . Il se mit ensuite à le dessiner frénétiquement, alors que le jeune homme se démenait pour se défaire de ces liens blessants. Une autre fois encore, il fit venir un autre disciple, un bel éphèbe au corps gracile. Il lâcha alors un oiseau terrifiant, nourri de chair, appelé chat-huant. Le pauvre disciple ne put que se couvrir le visage et courir en tout sens pour éviter les coups de bec et les serres de cet abominable oiseau. Et, Yoshihide , impassible, dessinait sans hâte ce spectacle terrifiant…
Pendant ce temps, sa fille s’assombrissait de jour en jour et perdait toute gaîté. Un soir, dans les couloirs de la demeure du Seigneur, un courtisan entendit des pleurs et des lamentations. Le petit singe surgit de l’obscurité et guida le jeune homme jusqu’à une porte, d’où venaient ces plaintes. La fille de Yoshihide en sortit en larmes, et voyant le courtisan, s’arrêta net. Le jeune homme vit alors s’enfuir au loin une ombre qu’il ne put reconnaître…et la jeune fille baissa la tête, humiliée et honteuse devant cette situation.
Quinze jours après cet événement, Yoshihide se rendit auprès du Seigneur. Il lui annonça que le paravent était presque terminé, mais qu’il avait un problème qu’il n’arrivait pas à surmonter. Il lui expliqua qu’il avait réussi à peindre un homme lié par des chaînes, un autre torturé par un animal monstrueux, et qu’il voyait les Geôliers dans ses cauchemars les plus sombres. Malheureusement, il n’arrivait pas à représenter un char toituré de feuilles de palmier en feu, dans lequel se tordrait une dame de la Cour. Il demanda alors au Seigneur de bien vouloir lui accorder la faveur suivante : serait-il possible de mettre le feu réellement à un char, dans lequel se trouverait une jeune fille. Le Seigneur s’assombrit , puis éclata d’un rire sinistre.
« Oui, premier des peintres de tous les temps, je t’accorde cette faveur ». Et Yoshihide remercia le seigneur et se retira.
Deux jours plus tard, le Seigneur fit ériger un bûcher où se dressait un char, toituré de feuilles de palme. Yoshihide ne pouvait contenir sa joie devant pareil spectacle… Le Seigneur prononça alors les paroles suivantes :
« Dans le char, on a enchaîné une dame de cour qui a fauté. Ainsi, quand le feu sera mis, cette femme, chair brûlée, os calcinés, expirera dans de terribles supplices . Ce sera un modèle sans précédent pour parfaire ton paravent »
Puis, à un des hommes de service : « Soulève le store du Char, et montre à Yoshihide la femme qui s’y trouve . »
Toutes les personnes présentent purent reconnaître alors la fille de Yoshihide. A ce moment terrible, les hommes mirent le feu au char. Tous se turent, atterrés par cet effroyable spectacle…de longues flammèches couraient le long du char et bientôt l’enveloppèrent complètement. La jeune fille se tordait en son centre, cherchant par tous les moyens d'échapper à ce terrible sort. On vit alors Yoshihide s’élancer vers le char, puis s’arrêter devant cette terrible vision. Son visage était écrasé par la douleur. Un frisson mortel parcourut alors l’assemblée…lorsqu’un cri retentit. C’était le petit singe recueilli par la jeune fille, qui s’était détaché et s’était élancé dans le feu, au secours de sa maîtresse. Un instant on vit les deux corps se tordre à travers les flammes hautes, puis disparaître parmi les fumées noires s’échappant du char.
Une colonne de feu s’éleva alors vers le ciel, et devant cette colonne se trouvait Yoshihide. Son visage était maintenant joyeux et satisfait. Derrière lui, le Seigneur semblait plus pâle que jamais, haletant et tremblant…


On ignore encore pourquoi le Seigneur accepta cet horrible sacrifice. On raconte que le seigneur a voulu punir le caractère perverti et insensé du peintre, prêt à sacrifier une vie humaine pour l’exécution de son œuvre. On parle également d’une histoire d’amour impossible, mais rien n’est moins probable.
Toujours est-il qu’un mois plus tard, le paravent des Figures Infernales était enfin achevé. Tout le monde fut saisi d’émotion devant la représentation de tant de souffrances. Chacun ressentit alors toute la douleur qu'avait dû être celle de Yoshihide pour peindre un spectacle à la fois si terrible et si splendide. Toutes les médisances cessèrent. Mais il était déjà trop tard, Yoshihide était déjà au nombre des morts. La nuit suivant l’achèvement du paravent, il se pendit, ne pouvant supporter de survivre à sa tendre fille sacrifiée pour son Art…


Dernière édition par Ceiba le 26 Jan 04 11:54, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 26 Jan 04 00:12 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Mars 02 07:18
Message(s) : 700
Localisation : le Sud :P
Merci beaucoup pour cette contribution ^^
La morale n'est pas tres morale ... mais je trouve que c'est une histoire tres bien quand même. C'est assez dur a expliquer ^^

Donc merci bcp bcp ^^


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 26 Jan 04 01:40 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur

Inscription : 26 Nov 02 23:57
Message(s) : 341
Localisation : Paname
Merci Ceïba, ce conte est vraiment particulier, sinistre mais très intéressant.

Moi qui est le livre depuis déjà quelques temps (sans l’avoir encore lu), je vais m’y plonger rapidement ^^

Merci et encore bravo pour avoir découvert ce conte. N’hésites pas à continuer.

Fuse


Dernière édition par Fuse le 28 Jan 04 15:57, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 26 Jan 04 10:06 
ahhhhhhhh, enfin qlque chose à grignoter !!
Ceïba, t'est top !!
Pour ce qui est de l'histoire et d'après la présentation faite de l'ecrivain, il faut dire que c'était totalement naturel d'avoir ce genre de conte. La morale étant le fait qu'on ne peut pas faire le parfais sans sacrifice, que ce soit celui du peintre ou de l'écrivain.
bye


Haut
  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 26 Jan 04 12:49 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Juin 03 20:37
Message(s) : 2343
Localisation : Siège de la LKR, Service FIM
à mon avis y a pas de morale, c'est juste... sinistre!
Merci sister!
a+


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 26 Jan 04 21:38 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 12 Juin 03 21:40
Message(s) : 784
Localisation : De retour à Lyon, après Paris et Bordeaux
J'avais lu Rashomon il y a un bout de temps...Merci de me rappeler qu'il vaut vraiment le coup d'être relu !

Merci Ceïba :D

_________________
"Qui trop embrasse mal étreint, qui mal étreint perd les pédales et qui perd les pédales se fout la gueule par terre". Pierre Dac


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 27 Jan 04 12:39 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Oct 03 21:59
Message(s) : 34
Localisation : creil
c'est...heu... comment dire?
Glauque et pessimiste...
Mais ça se lit très bien.
Merci. continue!

_________________
ben, c'est moi !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 27 Jan 04 20:38 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Mai 03 14:01
Message(s) : 722
Localisation : dans mes dessins
Trois ans plus tard, me voici... désolée pour ce retard!!! :oops: :oops: En tous cas, merci Ceiba pour cette adaptation!!! :prosternation: Ce conte est vraiment trés intéressant, et je ne pense pas qu'il faille y chercher une morale mais plutôt une réflexion sur la mimésis, sur l'imitation idéale, sur la vraissemblance, questions primordiales et même intemporelles et multiculturelles dans l'étude de l'art (Platon et Aristote se retournaient déjà les neurones sur ces questions précises!!!)
Dans tous les cas, bravo encore!!!

_________________
[url=http://www.kobuta-connection.net/][img]http://membres.lycos.fr/onibutaconnection/bannierebutaetkobuta.gif[/img][/url]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 27 Jan 04 22:11 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Mars 02 01:05
Message(s) : 2637
Localisation : Plus entre Pissevieille et Berrybouy (et oui, y'en a qu'ont de la chance dans la vie !)
Encore une terrible histoire qui fout bien froid dans le dos...
Merci Ceïba.

J'ajouterais juste qu'un manga dessiné par Ikegami (l'auteur de Crying Freeman) a été publié par Tonkam en 2000 sous le titre : "Nouvelles de littérature japonaise" (ISBN : 2845800002) mais je crains que ce manga soit aujourd'hui épuisé.
Il est constitué de 4 nouvelles japonaises (d'où son titre) dont celle que vient de raconter Ceïba.
Toutes ces nouvelles ont en commun d'être aussi terribles les unes que les autres... mais vraiment horribles, vous voyez, comme celle-ci...

_________________
L'art est bref, la vie est longue. Et la lutte, finale.
[url=http://fnak.site.voila.fr/][img]http://img.photobucket.com/albums/v254/Maubec/bannieremaubec.gif[/img][/url]
08/08/05 : LONGUE VIE A L'ARME SUPER-SONIQUE AUSTRALIENNE, à l'ancien leader de l'Alliance Française du Dessous, au brouillard des steppes, au pêcheur du lointain, à l'empereur noir et au tueur de graines !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 28 Jan 04 14:34 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Jan 03 12:33
Message(s) : 443
Localisation : Moselle, près d'Amnéville
Ca ressemble à du Lovecraft, ca a une atmosphère de Lovecarft, un style à la Lovecraft... Sauf que c'est pas du Lovecraft !

_________________
[url=http://fnak.site.voila.fr/][img]http://site.voila.fr/fnak/images/2-picture4.jpg[/img][/url]


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB