Retour sur le site
Nous sommes actuellement le 15 Juil 20 14:57

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 78 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Les Japons dans la littérature
Message Publié : 07 Mai 03 14:30 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur

Inscription : 26 Nov 02 23:57
Message(s) : 341
Localisation : Paname
Salut tout le monde !

Ne voulant plus, pour l’instant mettre les pieds dans le forum hors sujet, je me permets d’élargir un peu ce forum chroniques et légendes japonaises avec une excursion dans la littérature japonaise.

Je souhaitais, si les modérateurs le veulent bien, pourvoir faire un post sur la littérature japonaise, mais surtout, à travers elle, une vision du pays par les japonais eux-mêmes.

Il serait fort intéressant, pour ceux qui le souhaitent, d’essayer de comprendre le Japon à travers un regard forcément subjectif, d’un roman sur la société. Essayer de voir en quoi ce roman suscite interrogation, perplexité ou même étonnement de notre part.
Qu’ils soient dans l’univers de la comédie, du drame, de la poésie voire du policier, ils sont toujours une source de richesses difficiles à éviter.
Peut on comprendre le 19éme siècle français sans connaître des personnages comme Victor Hugo, Chateaubriand, Lamartine, Balzac ou Zola par exemple ?? Ils sont bien plus que de simples ouvriers de la littérature, ils sont acteurs de leur époque, témoins sans égal des turpitudes de la société, des chemins pour pénétrer leur siècle.
Nous pourrions donc, chacun de nous, présenter une œuvre sur le Japon, traduite en français. Présenter le thème du roman, son auteur mais surtout le regard porté ou la place de l’œuvre dans la réalité. Comprendre aussi en quoi il participe aussi à notre meilleure connaissance de ce pays, ou au contraire en quoi il nous en montre notre éloignement, nous qui en sommes déjà si loin.

A++

Fuse


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Y. Tsutsui
Message Publié : 08 Mai 03 11:30 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur

Inscription : 26 Nov 02 23:57
Message(s) : 341
Localisation : Paname
Salut !


Comme je vois que beaucoup de monde semble intéressé à ce sujet de post ^^ Je me lance dans les premiers.

En fait, je vais commencer par un auteur déjà assez polémique : Yasutaka Tsutsui, avec son roman Les cours particuliers du professeur Tadano.
Sorti chez Stock, N° Isbn 223404491X, dans les 120 frs d’époque.

Il s’agit d’un roman qui sur le ton de la comédie nous brosse une petite satire du monde universitaire japonais.
Pour le résumer rapidement, nous suivons le personnage du professeur Tadano, enseignant la littérature (où l’on peut suivre ses cours dans le roman même) qui regarde d’un œil particulier ses collègues et amis. De plus, il connaît lui-même un ennui, il a écrit un livre sous un pseudonyme, chose maudite pour un professeur et qu’il doit donc cacher forcément…

Ce roman brosse un portrait sans concessions des universités japonaises, repaire des arrangements, de liaisons illicites et autres luttes de pouvoir. Thème universel, il est très simple d’accès et ne demande que peu de connaissances préalables.
Par contre, l’auteur suscite aussi beaucoup d’intérêts. Sans lui faire une biographie ici, nous pouvons simplement savoir qu’il est né en 1934 à Osaka et qu’il a suivi des études à Tokyo. Il a débuté en premier par la science fiction et connaît déjà un bon succès avec son livre la traversée du temps (paru en France) et bien d’autres. Son succès dépasse de beaucoup les frontières du Japon avec son livre des « Leçons particulières du professeur Tadano » (il a était l’un des invités majeurs du salon du livre où j’ai pu le rencontrer ^^)
Mais, peu à peu gagné par un désir de révolte et une envie de liberté en tant qu’auteur, il préféra mettre fin à sa carrière en 1993. Manifestation de son opposition envers le monde trop commercial des éditions, il préfère se tourner vers un rapport direct avec son public par le biais d’internet.
Désormais ses œuvres, sous formes de recueil de nouvelles (http://www.jali.or.jp/tti/index_e.html ), sont prés publiées sur son site web avant d’être éditées sous format papier, tel le Censeur des rêves.
Romancier et novéliste atypique, Y. Tsutsui est un auteur qu’il faut connaître pour voir son pays sous un jour différent, peuplé d’humour mais aussi de réflexions.


A++


Fuse


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Un autre regard
Message Publié : 08 Mai 03 12:11 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur

Inscription : 26 Nov 02 23:57
Message(s) : 341
Localisation : Paname
Salut !

Comme le disait si bien les Monty Phyton « Et maintenant quelque chose de complètement différent ! »

Un de mes auteurs japonais favoris reste l’écrivain Seishi Yokomizo avec son personnage de Kosuke Kindaïchi.
Son roman le plus simple reste, en France, La Ritournelle du démon, paru aux éditions Picquier, n° Isbn 2877302237, dans les 50 frs (désolé de donné les prix en francs mais comme ils sont à la maison depuis longtemps, il faudrait vérifier les prix en euros d’aujourd’hui).

Pour résumer rapidement ce livre, disons simplement qu’il s’agit d’un roman policier où le héro principal, Kosuke Kindaïchi, alors qu’il est en vacance en province, doit résoudre une affaire de meurtres liés à une ancienne chanson de légende.
L’auteur nous permet de voir le Japon sous un jour unique grâce à deux richesses dans ses romans. Le romancier présente un univers assez peu commun dans la littérature japonaise, le monde des provinces et celui des légendes et histoires fantastiques qui les peuplent.
Né en 1902, le S. Yokomizo commence à écrire dès 19ans et ne s’arrêtera jamais plus. Dès la création de son personnage de Kosuke Kindaïchi dans les années 40 - 50, l’auteur connu un succès retentissant.
Son héro, est le digne héritier de la lignée de grands détectives tel S. Holmes ou autre H. Poirot : réflexions, déductions et autres travaux de l’esprit sont ses seules consignes pour résoudre une affaire criminelle. Mais, son physique, son allure et sa façon de poser des questions ressemblent bien plus à un Colombo avant l’heure (sans femme ni chien) et nous fait toujours sourire de plaisir.
Toujours en vadrouille dans les provinces montagneuses, K. Kindaichi se bat sans cesse contre les anciennes légendes et autres rumeurs mystiques qui peuplent ses lieux et qui étouffent la vérité : l’assassin n’était qu’un homme qui s’est servit d’une légende locale pour exercer son crime ou sa vengeance.
Mais, comme le personnage de Maigret pour Simenon, K. Kindaichi a échappé de son auteur.
Il a connu de très nombreux épisodes télévisés, quelques films et bien d’autres adaptations, pas toujours très réussies. Désormais tous les japonais connaissent ce personnage si atypique, mais bien peu ont vraiment lu ses livres et ont toujours du mal à se rappeler de son auteur.

Mais, avec trois romans parus en France, nous pouvons déjà nous faire une bonne idée de son personnage, si extraordinaire, et de l’univers provincial japonais avec ses légendes. A quand les œuvres complètes ?? Nul ne saurait le dire, pour notre plus grande tristesse.

A++

Fuse


P.s N'hésitez pas à donner votre avis sur les oeuvres ou les auteurs.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 08 Mai 03 12:19 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juin 02 13:41
Message(s) : 907
Localisation : sur une planche de surf
aller je me lance moi aussi :)

moi j'ai lu un livre de kawabata (je me souvient plus du prenom :) )
"les belles endormies"

c'est l'histoire d'un vieillard qui entend parler d'un hotel special. En fait il est reservée qu'au vieillard, et de jeunes filles sont drogués par la patronne pour dormir avec lui toute la nuit. Les effets de la drogue ne sont pas nefastes, elles font juste que dormir d'un sommeil de plomb toute la nuit ...

l'analyse du livre je sais pas si je suis capable de la faire :) , moi je dirais juste une chose : c'est tres original (ca fait "japonais" :D , désolé pour l'amalgamme, mais j'ai du mal a voir q'il existe ce genre de livre ds la litterature occidentale)

mm, c pas aussi detaillé que Fuse :) , en tout cas, le livre est tres court, donc c'est pas long a lire... et j'avais reperé une citation a ressortir, mais je l'ai oublier T_T pauvre de moi ....

une url comme ca :
[url]http://perso.wanadoo.fr/eteissier/romans/kawabata/lesbellesnedormies.html[/url]

_________________
Si un cochon te raconte des mensonges a 4h du matin, le porc te ment tôt .


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 08 Mai 03 23:29 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Mars 02 01:05
Message(s) : 2637
Localisation : Plus entre Pissevieille et Berrybouy (et oui, y'en a qu'ont de la chance dans la vie !)
Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !
Mon post tapé hors connection n'a pas été enregistré !
Je suis obligé de tout retaper !

Un de mes trois livres préférés est japonais : "Kyoko" de Murakami Ryû (éditions Ph. Picquier ISBN : 2877305058 prix : 6.65 €)
(au passage le livre de Fuse : Seishi Yokomizo, "La Ritournelle du démon", éditions Picquier ISBN : 2877302237 prix : 8.08 €)
Même à 23h, je fais mon libraire de base, si c'est pas de la conscience professionnelle, ça !

"Kyoko" est une superbe leçon de courage et de tolérance.
C'est l'histoire d'une jeune Japonaise de 19 ans (Kyoko) qui part aux Etats-Unis pour retrouver le G.I. qui lui a appris à danser 10 ans plus tôt et tout ce qu'elle a, c'est un peu de dollars, une adresse vieille de 10 ans, une gentillesse incroyable et une perserverance hors du commun.

Ce qui fait aussi l'originalité de ce roman, c'est que chaque chapitre exprime le point de vue d'un personnage qui croise ce petit rayon de soleil levant (désolé pour le jeu de mots lamentable :oops: ) tout en assurant une continuité narrative sans faille.
C'est un roman beau, poignant, triste mais pourtant plein d'espoir.
Un livre indispensable.

Quelques mots sur l'auteur :
Murakami Ryû (pas Haruki) est considéré comme le fer de lance de la littérature underground nippone. Ses romans ("Les bébés de la consigne automatique", "Bleu presque transparent"...) tournent principalement autour de la drogue, de la violence et de l'oppression qu'exerce la société sur l'individu... Ces thèmes ne sont pas très folichons mais Murakami les traite avec tant de talent !
Il commence à être reconnu en France (Picquier a du traduire une dizaine de ses romans), ce qui n'est que justice.

Son dernier livre sorti en France en avril, "Extasy" (le premier volume d'une trilogie), n'est pas son meilleur. Préférez-lui les "bébés" si vous voulez découvrir la Murakami's touch tant "Kyoko" est un roman à part dans sa bibliographie (bien qu'il y ait certains passage dans les milieux interlopes du New-York des quartiers pauvres [on ne se refait pas...]).

Bon, après je parlais de Suzuki Koji, l'auteur de la série des "Ring" de l'excellentissime "Dark Water" (le seul auteur à m'avoir flanqué la frousse depuis Lovecraft...) mais là, le courage me manque de tout réécrire.

C'est pareil, je conseillais à Fuse et aux autres amateur des monty Python de lire Douglas Adams (un de leur grand potes et co-auteur de certains sketchs) mais je reparlerais de tout ça une autre fois.

En attendant, j'espère que Fuse est rassuré : ton sujet est vraiment très interessant et plein d'opportunités de découvertes pour tous.

_________________
L'art est bref, la vie est longue. Et la lutte, finale.
[url=http://fnak.site.voila.fr/][img]http://img.photobucket.com/albums/v254/Maubec/bannieremaubec.gif[/img][/url]
08/08/05 : LONGUE VIE A L'ARME SUPER-SONIQUE AUSTRALIENNE, à l'ancien leader de l'Alliance Française du Dessous, au brouillard des steppes, au pêcheur du lointain, à l'empereur noir et au tueur de graines !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 08 Mai 03 23:32 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Mars 02 01:05
Message(s) : 2637
Localisation : Plus entre Pissevieille et Berrybouy (et oui, y'en a qu'ont de la chance dans la vie !)
Oups :oops: ! J'ai oublié de m'excuser pour la longueur du post et de remercier ceux qui ont eu le courage de lire en entier sans reprendre leur respiration (je remercie aussi ceux qui ont respiré mais je dois admettre que mon admiration est moins grande dans ce cas... :wink: )

_________________
L'art est bref, la vie est longue. Et la lutte, finale.
[url=http://fnak.site.voila.fr/][img]http://img.photobucket.com/albums/v254/Maubec/bannieremaubec.gif[/img][/url]
08/08/05 : LONGUE VIE A L'ARME SUPER-SONIQUE AUSTRALIENNE, à l'ancien leader de l'Alliance Française du Dessous, au brouillard des steppes, au pêcheur du lointain, à l'empereur noir et au tueur de graines !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Merci
Message Publié : 10 Mai 03 00:46 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur

Inscription : 26 Nov 02 23:57
Message(s) : 341
Localisation : Paname
Salut

Merci de ton aide Maubec, ça me donne envie de lire cet auteur, que je ne connaissais que de réputation.
De mon côté, je vais essayer de mettre d'autres livres ce dimanche.

a++

Fuse


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Un autre regard
Message Publié : 12 Mai 03 20:25 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Mars 02 07:18
Message(s) : 700
Localisation : le Sud :P
[quote="Fuse"]Salut !

Comme le disait si bien les Monty Phyton « Et maintenant quelque chose de complètement différent ! »

Un de mes auteurs japonais favoris reste l’écrivain Seishi Yokomizo avec son personnage de Kosuke Kindaïchi.
Son roman le plus simple reste, en France, La Ritournelle du démon, paru aux éditions Picquier, n° Isbn 2877302237, dans les 50 frs (désolé de donné les prix en francs mais comme ils sont à la maison depuis longtemps, il faudrait vérifier les prix en euros d’aujourd’hui).

Pour résumer rapidement ce livre, disons simplement qu’il s’agit d’un roman policier où le héro principal, Kosuke Kindaïchi, alors qu’il est en vacance en province, doit résoudre une affaire de meurtres liés à une ancienne chanson de légende.
L’auteur nous permet de voir le Japon sous un jour unique grâce à deux richesses dans ses romans. Le romancier présente un univers assez peu commun dans la littérature japonaise, le monde des provinces et celui des légendes et histoires fantastiques qui les peuplent.


J'ai moi aussi lu ce livre.

C'est pour moi un livre excellent et cela pour deux raisons.

Tout d'abbord une histoire vraiment interressante avec du supens et des rebondissements. Et en meme temps le personnage Kosuke Kindaïchi est très attachant et c'est vrai que l'image de Columbo est une image assez interressante. C'est a mon sens tout a fait ça sans le cigare. :D (c'est du moins l'image qu'il m'en donne)
Je ne dirai rien sur l'histoire pour ne rien vous gâcher.

Ce qui est également interressant c'est aussi les relations ente les personnes du village ou il mene son enquete. On découvre au fur et à mesure l'histoire du passé qui remontera à la surface liberant des vieilles querelles et secrets de grand mère :D
C'est extrement bien construit une histoire bien sympa dans un Japon rural que l'on prend plaisir à découvrir.

Enfin ce qui est tres brillant c'est la relation des crimes avec une certaine ritournelle diabolique...... :twisted:

Afin de rester objectif sur mon point de vue je dirai que j'ai eu un peu de mal parfois, en effet il y a beaucoup de protagonistes dont les noms japonais sont parfois dur à retenir pour un occidental comme moi.
Mais ce contreargument n'a que peu de poids comparait à l'interet du roman.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Un témoignage ...
Message Publié : 13 Mai 03 01:06 
Hors-ligne
Buta-rédacteur
Buta-rédacteur

Inscription : 26 Nov 02 23:57
Message(s) : 341
Localisation : Paname
Salut tout le monde

Désolé pour le retard, mais j’avais pas mal de boulot.
Donc, pour faire dans quelque chose d’encore différent, allons ensemble en plein cœur de la mode : Le monde du travail au Japon.
‘Stupeur et tremblements’ d’Amélie Nothomb.
Mais, comme je n’aime pas l’auteur, je n’ai pas lu son bouquin (je sais que c’est une erreur, mais je me force en vain pour l’instant … c’est pareil pour Yukio Mishima).

Donc, je vais vous parler d’un autre livre sur le même sujet : le monde du travail au Japon mais fait par un japonais lui-même : Japon, société camisole de force
Masao Miyamoto aux éditions Picquier, N° Isbn 2877305317, dans les 50 frs
L’auteur n’est pas un écrivain de formation, c’est son seul livre.

Le sujet du livre est des plus simples : L’auteur, après avoir vécu aux Us durant de très nombreuses et longues années pour y faire ses études, il retourne au Japon. Il a décroché un très bon poste dans le ministère de la santé. Mais, en travaillant ‘à l’américaine’, il va rapidement se faire des inimitiés de par son manque de zèle et de sacrifice pour son service. Commence alors le phénomène de L’Ijimé : Les employés vont essayer de le faire partir par des moyens détournés, des manigances, des petits crasses de plus en nombreuses et de plus en plus dures … ce livre raconte cette aventure, presque au jour le jour.

Grand succès au Japon de par son sujet tabou (et surtout par vu un japonais lui-même), ce livre décrit cette atmosphère particulière du travail des hauts cadres de grandes entreprises.

J’avoue être toujours un peu prudent quand je lis un livre de témoignage. On ne sait jamais si la personne en rajoute ou pas, de par sa volonté de « faire vendre ». Mais, en lisant ce livre, j’ai retrouvé des faits déjà racontés par des ami(e)s sur leurs conditions de travail. L’auteur a peut-être un peu grossit le trait quelques fois, mais reste très honnête et montre bien la différence entre son système de pensée et celui de ses collègues qui forment un ‘groupe’ compacte et symbole de l’idée de « couper tout ce qui dépasse »

Ce livre est une très bonne porte d’entrée sur la connaissance de cet univers. Simple et fluide dans son écriture, il se fini assez vite car passionnant par son sujet. Il est par contre dommage, que l’auteur n’est pas cherché à aller plus loin dans son aventure ou essayer de voir d’autres personnes qui ont subit son traitements pour donner un bon coup de pieds dans la fourmilière ^^
Mais bon, son livre et déjà un témoignage des plus intéressant, et je vous le conseille.


A++

Fuse


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 13 Mai 03 09:15 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juil 02 23:43
Message(s) : 519
Localisation : L'île perdue
Là n'est pas le débat mais j'ai lu "stupeur et tramblement" sans savoir qu'amélie nothomb était médiatique (dsl pour le manque de culture) et j'ai trouvé ca vraiment drôle, alors je le conseille à tous :)

Sinon le livre de Miyamoto a l'air terrible 8) j'aime bien le titre aussi !!
'ci Fuse

_________________
La vie est belle :)

[img]http://img224.imageshack.us/img224/990/sanstitre1tc1.jpg[/img]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Mai 03 12:59 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Mai 03 14:01
Message(s) : 722
Localisation : dans mes dessins
Le culte d'O-Nobu
Yasunari KAWABATA
Récits de la paume de la main, 1968
extrait

[size=100]Un grand chatainier se dressait dans la cour d'une auberge thermale sise dans la montagne. Le jizô* d'O-Nobu avait été érigé à l'ombre de cte arbre.
D'aprés les chroniques locales, cette o-Nobu était morte en 1872, à 62 ans. Aprés avoir perdu son mari, à l'age de 23 ans, elle était restéé veuve. Autrement dit , elle se donnait à tous les jeunes du village, sans exeption. Elle tratait avec une absolue équitée tous ces gaillards de montagne. De leur coté, ils avaient instauré une hiérarchie pour se la partager. Lorsqu'un adolescent atteignait un certain age, les jeunes du village l'accueillait parmi les copropriétaires d'O Nobu. Lorsque l'un d'entre eux prenait une femme, alors il devait quitter le groupe. Grace à cette o-Nobu, les jeunes de la montagne n'avaient pas à franchir les 7 lieues et le col qui les séparaient des femmes du port. Ainsi les jeunes filles de la montagne restainet pures, et les épouses, fidèles. De la meme facon que ts les hommes de la vallée pénétraient ds le village en traversant le pont suspendu, tous les jeunes du village étaient devenus des hommes grace au corps d'O-Nobu.
Il trouva que la légende était belle. Il éprouvait de l'admiration pour cette O-Nobu. Mais son jizô, lui, ne gardait pas trace d"e ce qu'elle avait été autreefois. On distinguait à peine les traits d'un visage sous une tête tondue. Peut-etre n'était ce qu'une vieille statuette renversée ds un cimetière et qu'on avait ramasé.
Derrière le chataignier, se trouvait une maison de rendez vous. Les clients qui s'y glissaient discretement depuis l'auberge thermale ne manquaient pas, en passant sous les branchages de l'arbre, de carresser la tete chauve et lisse d'O-Nobu.
Un certain jour d'été, il commanda avec 2 ou 3 autres clients de la glace pillée au sirop. A peine eut il pris une bouchée qu'il la recracha en froncant les sourcils.
_Ce n'est pas bon? demanda la servante de l'auberge.



*jizô:l'1 des bodhisattvas les plus populaires au japon, protecteur de l'enfance, représenté le plus souvent sous la forme d'une statuette de pierre de style primitif.[/size]

_________________
[url=http://www.kobuta-connection.net/][img]http://membres.lycos.fr/onibutaconnection/bannierebutaetkobuta.gif[/img][/url]


Dernière édition par oni le 10 Nov 03 17:41, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Mai 03 13:47 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Mai 03 14:01
Message(s) : 722
Localisation : dans mes dessins
Ryu MURAKAMI

Un résumé a déjà été fait de ce talentueux Monsieur Murakami, donc je ne ferais que donner mon avis sur son oeuvre.
Bleu presque transparent et la guerre commence au delà de la mer, romans qui se suivent et qui se complètent, sont, malgrés la réalité tracée dans les lignes, un débalage de violence qui est parfois regrettable. Au fond, les histoires sont vraiment passionnantes. L'on ne peut s'empécher de continuer à lire malgrés la nausée qui brule notre estomac et monte dans notre tube digestif, ce qu'il faut surmontre pour pouvoir atteindre la fin de l'histoire. Il est intéressant de ce pencher dans ces milieux atroces de viols, drogues et alcool, mais il est impératif de s'armer d'un bon pansement gastrique. On sent que ce sont les débuts de Murakami.
Puis vient, toujours suivi d'une brise de violence, le magnifique roman kyoko, histoire d'une japonaise qui part à la recherche de son professeur de danse aux etats unis (en bref!!). Celui là n'est pas si violent dans sa description (on a pas droit à la couleur du vomi de Okinawa!!!), mais plutot dans ses révélations, sa description, ses sentiments. Et puis le style d'écriture est assez fantastique, on passe d'un narrateur à un autre, ce qui fait qu'on ne se lasse jamais, ms qd c'est la meme scene racontée plusieurs fois!!!! On retrouve un peu le meme style ds Raffles hotels, ms la l'histoire est un peu plus bordélique pour la synthétiser en 2 lignes, en gros c'est l'histoire d'un pauvre photographe...
Mon préféré est certainement les bébées de la consigne automatique. Angoissant, triste mais parfois (pas trop quand meme, il ne faut pas se laisser aller à la gnognotte hein ryu!!) ponctué de petites (toutes petites) joies, l'histoire de 2 gosses paumés; On peut vraiment les suivre et les regarder évoluer , enfin à lire absolument!!!
Le dernier en date qui est sorti et que jai lu est "parasite". Au début il commence trés bien, on ne s'arrete plus de lire, ce gars bizarre légèrement schizo sur les bords est passionnant, il passe son tps sur un forum (comme nous autres), il péte de plus en plus les plombs. La se rajoute une hisyoire de parasite (un sorte de verre solitaire, ms je ne vs en dit pas plus), et là je commence a me demander si murakami n'a pas un DEA de biologie... 15 pages de bio sur les vers, là ca commence à s'alourdir... le gars deveint encore plus fou... on n'arrive pas au bout... C'est vraiment le seul livre de murakami que j'ai eu du mal a finir et qui est resté plus de 2 jours sur mon chevet. Le début commence trés bien, ms aprés ca s'embourbe, on ne sait des fois plus si on lit un traité de biologie du ver kholoclaste ou un roman japonais...
Mais mis à part cette fin un peu longuette... Merci Monsieur Ryuken!!!

_________________
[url=http://www.kobuta-connection.net/][img]http://membres.lycos.fr/onibutaconnection/bannierebutaetkobuta.gif[/img][/url]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Mai 03 16:38 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Mai 03 14:01
Message(s) : 722
Localisation : dans mes dessins
[size=150]Le Pousse-Pousse[/size]
[size=100]LAO She [/size](picquier poche, ISBN:2877302113, 7 euros 50)

:oops: sorry Fuse c'est un chinois pas un japonais!!!! Mais je pense que tu me pardonneras ( :lol: ).[size=59] Ce livre me tient beaucoup à coeur et son ambiance relativement proche de celle qui peut y avoir dans les villes japonaises en ce temps là (enfin je pense, j'ai pas réussi à remonter dans le temps -ni à aller au japon d'ailleurs!!-)[/size]

Siang-Tse avec qui nous allons faire connaissance n'a rien d'un chameau. "Chameau", ce n'est qu'un surnom. Commençons donc par présenter Siang-Tse le tireur de pousse-pousse, et nous évoquerons, en paasant, son aventure avec les chameaux qui lui valurent ce surnom.
Il existe à Pékin plusieurs catégories de tireurs de pousse, suivant leur âge et la qualité de leur véhicule. Ceux qui sont jeunes et forts et qui ont des jambes lestes cherche,t à louer des pousses élégants. Ils commencent et finissent leur journée à l'heure qui leur plaît. Avec leur pousse, ils se postent à un endroit fixé, à l'affut de clients riches qui demandent une course rapide. Avec un peu de chance, ils gagnent d'un seul coup un ou deux yuans. Il leur arrive aussi de passer toute la journée sans gagner de quoi payer la location. Mais cela leur est égal. Ces gens-là aspirent en général à deux choses: se placer comme tireur chez un particulier, et surtout, posséder leur propre pousse. Car lorsqu'on a un pousse à soi, cela revient au même de travailler pour un particulier ou de chercher des clients soi-même.

Voilà un petit extrait du pousse pousse de lao pour vous mettre l'eau à la bouche (si vous n'en avez pas n'insistez pas!!). L'ambiance est trés orientale, Lao arrive à nous faire tirer le pousse-pousse et l'on sent presque l'odeur des brioches vapeur et du saké. L'histoire est toujours d'un ton un peu mélancolique et fataliste, mais ponctué d'espoir et de courage. Cet ouvrage est certainement l'un des plus connus de Lao, et aprés lecture on comprend pourquoi. Il se dévore tel un samoussa bien craquant (je crois que je vais faire un tour chez le chinois ce soir!!!).

Pour la biographie:
Lao She est d'origine mandchoue; Son destin est assez semblable à celui de ses personnages (il a commencé de rien et à finit en demi-dieu de la littérature orrientale). Il est l'un des tout premiers écrivains de sa génération. Ses romans sont plein de sensibilité ponctuée par un génialissime sens de l'humour. Quelques romans: la Philosophie de Lao Zhang (1926), la Cité des chats (1932), le Divorce (1933). Le Pousse-Pousse (1936), Quatre Générations sous un même toit (1946-1950), le Fossé de la barbe du dragon (1951),et un roman autobiographique inachevé, l'Enfant du Nouvel An (commencé en 1961), La Maison de thé (1957), qui témoigne de l'évolution des Pékinois depuis la fin du siècle dernier. Il est victime de la Révolution culturelle, Lao She s'est officiellement suicidé(moi j'y crois pas mais bon, il y a une thése qui dit qu'il se pourrait bien avoir été battu à mort par les gardes rouges de Mao dans son appartement).

_________________
[url=http://www.kobuta-connection.net/][img]http://membres.lycos.fr/onibutaconnection/bannierebutaetkobuta.gif[/img][/url]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 27 Juin 03 23:29 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Mars 02 01:05
Message(s) : 2637
Localisation : Plus entre Pissevieille et Berrybouy (et oui, y'en a qu'ont de la chance dans la vie !)
Comme Oni a fait un moment dérivé ce topic sur la littérature chinoise (Lao She) puis francophone (Nothomb), je me permetterais de parler trè srapidement de deux magnifiques romans : "Balzac et la petite tailleuse chinoise" de Dai Sijie et "La joueuse de Go" de Shan Sa.

Le premier est une pure merveille, un livre qui réveille en vous le plaisir de la lecture, qui redonne à cet acte tout son sens. Un vrai moment de bonheur que sa (trop) courte lecture que je ne serais que trop conseiller.
L'histoire, très grossièrement, est celle de deux jeunes étudiants chinois envoyés se faire rééduqués dans la campagne de l'ouest chinois pendant la révolution culturelle. Ils vont tombés amoureux d'une petite tailleuse et de la littérature (principalement française) quand ils trouvent une malle pleine de livres interdits par le régime communiste.
Je résume très vite mais je ne voudrais pas dévoiler le charme de ce roman qui tient autant dans ses personnages terriblement attachants et dans une ambiance (notamment une scène où les deux héros re-content à tout le village le film qu'ils ont été voir).

Quant à Shan Sa, son ouvrage pourrait en interesser plus d'un sur ce site car il traite de l'invasion de la Chine par le Japon pendant la Seconde Guerre Mondiale. On y trouve deux narrateurs : une jeune joueuse de Go et un soldat japonais lui aussi champion de ce jeu.
Le récit alterne entre leurs deux vies jusqu'à leur rencontre pour une partie qui s'éternise et que seule la guerre viendra interrompre.
Parfois très dur, ce roman se dévore d'une traite et montre un autre visage du Japon et de la Chine sans tomber dans le manichéisme. Les deux personnages étant tout autant les "héros" de l'histoire que les victimes de l'Histoire.

Voila, jetez-vous sur ces deux romans, même si ils sont chinois (on n'est pas sectaires sur la buta-connection, non ?), vous ne le regretterez pas.

Dans le prochain post, promis, je vous dirais ce que j'ai pensé de "Kitchen" de Banana (quel prénom exotique, non ?) Yoshimoto et "Le chat dans le cercueil" de Mariko Koike parce qu'il s'agit quand même d'un post sur la littérature japonaise, on va encore virer au hors-sujet !

Merci d'avoir lu tout cela (si vous l'vaez fait)
Et puis merci même si vous ne l'avez pas fait.

J'offre une tablette de chocolat Milka au premier qui aura tout lu.

Et les Grands Anciens de ce forum pourront vous dire que si c'est dit, c'est que ce sera fait...

Ouah l'aut' comme ça fait classe sa fin de post, y's'la pète trop !

_________________
L'art est bref, la vie est longue. Et la lutte, finale.
[url=http://fnak.site.voila.fr/][img]http://img.photobucket.com/albums/v254/Maubec/bannieremaubec.gif[/img][/url]
08/08/05 : LONGUE VIE A L'ARME SUPER-SONIQUE AUSTRALIENNE, à l'ancien leader de l'Alliance Française du Dessous, au brouillard des steppes, au pêcheur du lointain, à l'empereur noir et au tueur de graines !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 18 Juil 03 21:55 
[quote="oni"]
Mon préféré est certainement les bébées de la consigne automatique. Angoissant, triste mais parfois (pas trop quand meme, il ne faut pas se laisser aller à la gnognotte hein ryu!!) ponctué de petites (toutes petites) joies, l'histoire de 2 gosses paumés; On peut vraiment les suivre et les regarder évoluer , enfin à lire absolument!!!


je suis d'accord ! c'est le premier livre d'un auteur japonais que j'ai lu et j'ai adoré !
je pense que c'est très loin d'être ce qu'il y a de plus classique pour aborder la littérature japonaise par contre c'est un livre qui me semble très proche de certains auteurs contemporains américains tels que chuck palahniuk (l'auteur de fight club ) mais avec l'onirisme et la poésie japonaise en plus :D

avis aux amateurs donc 8)

Haut
  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 26 Sep 03 18:26 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Juin 02 12:24
Message(s) : 613
Localisation : paris le plus souvent
j'ai récemment lu "tokyo express" de matsumoto (pas leiji ;)), qui est parait'il un auteur phare de ce siecle de roman policier au japon...
Au passage j'ai apprit quelque trucs sur les habitudes des japonais (période d'aprés guerre).

sinon, bah, tout le mode connait La Pierre et le Sabre de Eiji Yoshikawa ... pour ceux que les sagas guerriere et philosophique interessent.
c'est le premier auteur japonais dont j'ai entendu parler.
un peu l'axelandre dumas local, en moins flamboyant, en plus introspectif et philosophique...quoique assez violent quand même d'une certaine façon.
bon, ca doit pas trop plaire à Fuse, ca vehicule un peu l'icone du samourai-ronin que l'on connait... (mais y'a pas de ninja :lol: )

_________________
"il n'y a que deux choses infinies: l'univers et la bêtise humaine et encore, pour l'univers, je ne suis pas sûr"
albert E.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 26 Sep 03 20:25 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Mai 03 14:01
Message(s) : 722
Localisation : dans mes dessins
Quelques livres que je vous conseille:
La course au mouton sauvage, de Haruku (et pas Ryu) Murakami, éditions Points.Alors là, l'histoire est vraiment trop farfelues pour vous l'expliquer... En gros, un jeune cadre publicitaire part à la recherche d'un étrange mouton au fin fond d'une montagne enneignée... Suspense et surprise garantie pour ce roman trés moderne.

Le bambou nain, de Kafû, éditions Picquier.Contrairement à son titre, il n'est jamais question de bambou... Le personnage principal, Uzaki, est un peintre (pas vraiment doué), apprenti respecté du grand maitre Tamaki. Il sera vite transporté malgré lui (et le lecteur en même temps) dans l'univers des geishas et des cartes fleuries...
L'histoire met quand même beaucoup de temps à prendre forme, mais la fin de ce livre présentant un japon traditionnel du début du siècle est vraiment passionnante.

_________________
[url=http://www.kobuta-connection.net/][img]http://membres.lycos.fr/onibutaconnection/bannierebutaetkobuta.gif[/img][/url]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 27 Sep 03 14:40 
Hors-ligne
Webmaster-Admin
Webmaster-Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Avr 03 23:21
Message(s) : 2701
Localisation : En train de preparer un plan contre la FNAK!
je viens de terminer "Les années du crépuscule" de Sawasha Ariyoshi (éditions cosmopolite stock).
Ce livre est tt simplement magnifique.
Rapide résumé:
Akiko et son mari Nobutoshi doivent recueillir le père de ce dernier, Shigezo, devenu veuf. Peu à peu, le grand-père sombre dans la sénilité et force Akiko à revoir son mode de vie. Elle est peu à peu poussée par son mari, son fils et la société japonaise à abandonner son travail pour s'occuper du vieillard.
Ce livre décrit bon nombre de coutumes et de traditions, parfois ecrasantes, dans la societe japonaise. Mais il permet surtout de comprendre certainss "maux" de la civilisation nippone, notammant le manque total de prise en charge des personnes âgées par le gouvernement japonais,la pression qui pèsent sur les femmes actives,...
Et au-delà du point de vue japonais,l'auteur atteint un certain universel, en posant la question du vieillissement, de la sénilité et de la mort (pas très rejouissant,mais très emouvant)
bref, ne vous arrêtez pas à la jaquette ("Simone de Beauvoir japonaise" sous pretexte de decrire la condition feminine), ni la couleur du bouquin(rose, pouark!)
sinon, merci à ts ceux qui ont conseillé des oeuvres, je vais m'empresser de les decouvrir!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 09 Oct 03 20:03 
je viens juste de terminer un polar intitulé "meurtres à la cour du prince Genji" de NAGAO Seio (Picquier poche).
Comme son titre (pas terrible) l'indique, l'action se passe à la cour impériale pendant la période Heian, où se produit une série de morts plus atroces les unes que les autres. tout se déroule dans l'entourage du Prince Genji (personnage historique et héros du premier grand roman japonais le Genji Monogatari). Dame Shibiku Murasaki (le supposé auteur véritable du Genji Monogatari) décide de mener l'enquête avec Shujo, fils du Ministre de gauche...évidemment, dit comme ça, cela peut paraître un peu simple, et il est vrai que l'intrigue ne brille pas par son originalité (une succession un peu artificielle de rebondissements dans les 50 dernières pages). En revanche on apprend énormément sur la fonctionnement de la cour impériale, ses moeurs , ses intrigues pour accéder au plus haut rang...bref, c'est surtout pour son arrière plan que j'ai su apprécier ce roman...un bon moment donc et un bon moyen de révisr son h"histoire" tout en se divertissan!.
ps: en revanche, à lire absolument: les enquêtes du Mandarin Tan des soeurs Tran-Nhut, une fantastique série policière qui se passe au Vietnam du 17emem siecle...je sais , c'est pas japonais, mais ce sont vraiment des petites perles!!!


Haut
  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 09 Oct 03 20:05 
Hors-ligne
Webmaster-Admin
Webmaster-Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 24 Avr 03 23:21
Message(s) : 2701
Localisation : En train de preparer un plan contre la FNAK!
euuuuh, c'est moi l'invité, j'avais pas vu que je m'étais déconnectée!!


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 78 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB