Musée Ghibli > Courts métrages exclusifs > Boro la chenille


Boro la chenille (2018)

Compléments :

Histoire

Un peu avant l'aube, Boro la chenille éclot de son œuf et alors qu’il fait ses premiers pas, il porte un regard neuf sur un monde rempli de beautés et de dangers.
Avec Boro la chenille (Kemushi no Boro), le dixième court métrage exclusif du musée Ghibli, Hayao Miyazaki tente de représenter la nature telle qu'elle peut être vue par un insecte ne mesurant pas plus d'un millimètre de long. Mais surtout, et alors âgé de près de 75 ans, le réalisateur signe son premier projet laissant une large place à l’utilisation des images de synthèse.

 

Création du film

Lorsque Hayao Miyazaki prit sa « retraite » en 2013, il avait bien pris soin de préciser qu’il se retirait seulement de la réalisation de longs métrages, mais qu’il avait encore plein de projets en tête, y compris des courts métrages potentiels pour le musée Ghibli.
De son côté, fin 2010, à la fin de la production du 8ᵉ court métrage, M. Pâte et la princesse Œuf, le directeur du musée Ghibli, Kiyofumi Nakajima, avait lui déclaré que le réalisateur avait prévu de créer un total de 12 courts métrages dans les mois à venir pour le musée. Mais qu’il songeait déjà à quelque chose après la fin du douzième...

C’est en juin 2015, au détour d’un entretien, que Gorô Miyazaki dévoile l’étonnante information que son père travaille sur un court métrage 3D pour le musée Ghibli. L’information est ensuite confirmée par le producteur historique du studio Ghibli, Toshio Suzuki, en octobre 2015.
Plusieurs mois de cela auparavant, le producteur avait avoué avoir poussé Hayao Miyazaki à voir les premières images de la série hybride 2D-3D, Ronya, fille de brigand, réalisée par son fils, et que le réalisateur avait été agréablement surpris par le résultat, sans toutefois l’admettre...

Origines du projet

Boro la chenille n’est pas un projet nouveau. Il s’agit d’un projet que Hayao Miyazaki souhaite porter à l’écran depuis le milieu des années 90. A l’époque, le réalisateur avait en effet hésité entre s’orienter vers la production de Princesse Mononoke et ce projet plus intimiste, avant que Toshio Suzuki n’arrive à le convaincre de se décider pour le premier, plus ambitieux (et au succès mondial que l’on connait maintenant).
« Je veux montrer que même une minuscule chenille a son propre univers, sa propre vie. » s’expliquera à l’époque Miyazaki à propos de ce projet.

 

Le réalisateur a eu cette idée quand il était à l’école primaire. Alors qu’on lui enseignait le fonctionnement de la photosynthèse, il se demanda comment les plus petits insectes pouvaient la percevoir. Si une chenille pouvait voir les particules dans l’air, si les feuilles avaient un goût de gelée quand elle les grignotait. Ou encore, si de son point de vue, une abeille ressemblait à un drone survolant un champ de bataille.
Le manga Soratobu Akuma (Le démon volant) qu'il a lu dans sa jeunesse l'influence également. Il s’agit d’une histoire courte tirée du livre Kogumo no Bôken (Les aventures de Kogumo) datant de 1948, édité peu de temps après la guerre.
De ses réflexions d’enfant et de cette lecture est né le concept de Boro la chenille.

 

Couverture de Kogumo no Bôken et une case du manga Soratobu Akuma.

Après un premier abandon dans les années 90, Boro la chenille eut cependant plusieurs vies. La première, en donnant son nom à l’une des « boîtes panoramiques » du musée Ghibli, une installation ancêtre de la caméra multiplane des studios Disney, présente dans la première salle d’exposition permanente du rez-de-chaussée du musée.

La « boîte panoramique » Boro la chenille.

Plus tard, au milieu des années 2000, lorsqu’il fut décidé que trois nouveaux courts métrages seraient produits pour le musée Ghibli, Miyazaki aurait voulu saisir une première fois l’occasion de réaliser un court métrage basé sur cet ancien projet. Il se ravisa et privilégia finalement une autre de ces boîtes panoramiques, nommée Monmon, l'araignée d'eau. Le court du même nom fut produit, Miyazaki estimant qu’il disposait là aussi d’une base d’inspiration et de personnages tout prêt grâce à cette installation.

Plus récemment, en 2013, le projet prend à nouveau la forme d’une installation pour l’exposition temporaire La forêt de Ghibli à la loupe.

 

Cliquez pour agrandir les images annotées de l'installation Boro la chenille
extraites de l’exposition temporaire La forêt de Ghibli à la loupe.

Production

En octobre 2015, Toshio Suzuki annonce que le court est prévu pour durer une dizaine de minutes et que sa production s’étendra sur 3 ans. Selon le producteur, Hayao Miyazaki semble loin d’être intimidé par le numérique et est prêt à relever ce nouveau défi.
Le 21 septembre 2015, l'infographiste spécialisé en animation numérique, Yuhei Sakuragi (Hana et Alice mènent l’enquête), annonce qu’il a rejoint Miyazaki sur le projet.
De son côté, la maison de production Steve N’Steven, lancée en 2011 par l’agence de publicité Hakuhodo DY Media Partners (producteur de certains films du studio Ghibli), apporte son expertise de l’animation numérique à la réalisation du film.
En novembre 2015, le site officiel du studio Ghibli annonce que le storyboard a été finalisé début octobre. Il a entièrement été mis en couleurs à l’aquarelle par Miyazaki. La production est devenue un peu plus conséquente avec une équipe qui a légèrement augmenté.
Le 13 novembre 2016, le documentaire NHK Special : Owaranai Hito Miyazaki Hayao (Hayao Miyazaki, l’homme qui n’en a jamais fini) lève enfin le voile sur la production et les premières images du court métrage.

 

En décembre 2016, Suzuki laisse entendre que le court métrage pourrait être finalisé au printemps 2017. Puis en avril 2017, il confirme qu'il sera projeté au musée Ghibli en juillet. Le mois de juillet 2017 arrive finalement sans que le musée ne programme le film.
Plusieurs mois passent ensuite sans date de programmation. Fin 2017, Kôji Hoshino, le président du studio Ghibli, annonce à son tour que le court est « espérée » pour courant 2018 mais toujours sans date précise.
Pourquoi ce retard ? En décembre 2017, dans son émission radio Ghibli Asemamire, Suzuki en donne peut-être la raison. Il laisse entendre à demi-mot que celui-ci serait retourné en production, lui-même et Miyazaki étant peu satisfait du premier résultat.
Finalement, en janvier 2018, le musée Ghibli annonce qu’il programmera Boro la chenille pour le mois de mars de la même année. Parallèlement à la projection du film, une exposition temporaire dédiée est proposée dans la galerie du premier étage du musée.

Bande son et musique

Comme il avait déjà pu le faire en 2006 pour le court métrage La chasse au logement, c’est Tamori, le célèbre humoriste aux lunettes noires, qui est responsable de la totalité de la bande son du film (voix et effets sonores), à l'exception d’un morceau de musique composé et joué au piano par Joe Hisaishi pour le générique de fin.

Fiche technique

Titre : 毛虫のボロ (Kemushi no Boro)
Boro the Caterpillar / Boro la chenille
Histoire originale, scénario, storyboard, réalisation : Hayao Miyazaki
Directeur artistique : Noboru Yoshida
Directeur de l'animation numérique : Yuhei Sakuragi
Doublage : Tamori
Musique : Joe Hisaishi
Producteur : Toshio Suzuki
Production : Studio Ghibli
Date de sortie : 21 mars 2018 (avant-première presse le 14 mars 2018)
Durée : 14 minutes 20 secondes

 


Sources : Asahi Shinbun, Variety.com - site officiel du studio Ghibli - fascicule de l'exposition temporaire Exposition de lentilles dans la forêt de Ghibli - émission NHK Special : Owaranai Hito Miyazaki Hayao, diffusé par NHK le 13 novembre 2016, puis en version longue le 29 janvier 2017 par NHK BS1 - Huffingtonpost.jp
Remerciements : merci à Yasuka Takeda pour les traductions et au site Gamisama.fr pour sa traduction de la partie « La colère digne de Hayao Miyazaki » du documentaire de la NHK
Dernière mise à jour : 21/03/2018

A propos  / このサイトについて  -   Nous contacter   -   Newsletter   -   Liens